« Taquiner Eve »: de jolis mots pour de sales manières

6 Fév
Taquiner Eve, harcèlement sexuel au Bangladesh

"Taquiner Eve" au Bangladesh

En Inde et au Bangladesh, l’expression est malheureusement connue de tous. « Taquiner Eve » (Eve teasing) est une façon très poétique de désigner le harcèlement sexuel que subissent les femmes au quotidien, dans des pays peu connus pour leur progressisme envers la gent féminine. La tradition est très ancrée – et tolérée –  dans les mentalités, aussi bien masculines que féminines, et peut aller du regard lubrique à l’agression sexuelle.

Mais pour la première fois, au mois de janvier, la  justice bangladaise a reconnu que « taquiner Eve » était du harcèlement sexuel, ouvrant une brèche vers la caractérisation de ce délit, jusqu’à présent minoré quand il n’est pas tout simplement ignoré, mais qui conduit pourtant régulièrement des femmes au suicide.

Le changement de qualificatif  opéré par la Haute Cour de Dacca ne se résume pas à un choix de mots plus appropriés. Il ouvre surtout la voie à des condamnations, puisque le harcèlement sexuel est un délit. Un premier pas symbolique qui, à terme, pourrait faire évoluer les mentalités et améliorer le quotidien des femmes, soumises à une pression permanente dès lors qu’elles sortent dans la rue.

« Pour les femmes, il est difficile de prouver qu’elles ont été harcelées sexuellement, d’autant que se faire tripoter dans un bus est vraiment fréquent. La plupart des victimes ont honte d’en parler, même à leur mère, car elles ont peur d’être ensuite montrées du doigt« , a expliqué Madhumita Das, une responsable du Centre international de recherche sur les femmes (ICRW), basé aux Etats-Unis.

Parmi les pionnières du mouvement anti « Eve teasing« , figure la jeune Indienne Jasmeen Patheja. Alors qu’elle était étudiante en art, elle a créé en 2003 un blog intitulé Blank Noise pour dénoncer cette pratique. D’autres actions ont suivi, dont une collecte de vêtements que les victimes portaient le jour de leur agression et qui ont été exposés publiquement. Petit à petit le mouvement s’est structuré à travers le pays, et des manifestations sont régulièrement organisées. L’année dernière, un blog à destination des hommes a été ouvert pour les inciter à réfléchir, eux aussi, à la pratique du « eve teasing ».


Pour l’instant la législation indienne ne condamne pas le Eve teasing, mais la décision du voisin bangladais pourrait, on l’espère, entraîner une évolution similaire.

Myriam Levain

Une Réponse to “« Taquiner Eve »: de jolis mots pour de sales manières”

  1. Hollaback France avril 29, 2011 à 8:34 #

    Blank Noise a mené et mène toujours un travail innovant et créatif pour lutter contre le harcèlement dans la rue. J’adore particulièrement leur projet Action Heroes et leur groupe sur Flickr.

    Je me permets de citer également Hollaback Mumbai (http://mumbai.ihollaback.org/) et Hollaback Delhi (http://delhi.ihollaback.org/) qui militent contre le « eve teasing » respectivement depuis janvier et avril 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :