Le girl power, cette grande arnaque

26 Mai
Beyonce Run the world

Crédits: alexlovesmiley Flikr: cc

Cela fait maintenant un mois qu’on nous bassine avec le tube « féministe » de Beyoncé. Avec un titre pareil, il fallait s’y attendre : Run the world (girls). Le clip vaut également le coup d’œil : une armée de bombasses en porte-jarretelle qui défient une bande de mecs en dansant (et les atomisent évidemment). Le tout, en stilettos, parfaitement brushées et maquillées. Pas du tout réaliste donc, mais on s’en fout, c’est un clip. Seulement voilà, Beyoncé a beau être une redoutable femme d’affaires, une warrior de la pop et de la danse, sa chanson n’a absolument rien de féministe. Son titre est déjà très agaçant pour toute personne un tant soit peu concernée par la lutte pour l’égalité entre les sexes. Dire que les femmes dirigent le monde, c’est appliquer la méthode coué : on aimerait que ce soit vrai mais on sait bien que c’est faux. S’il suffisait de proclamer que les femmes ont le pouvoir pour l’obtenir, elles se seraient économisé un certain nombre de combats pénibles. Je n’évoquerai même pas le fallacieux argument de nombreux misogynes, qui aiment à répéter que l’homme de la maison, c’est la femme, car c’est elle qui gère le foyer d’une poigne de fer (et qui se tape accessoirement le ménage et les marmots). Non, non, je ne veux même pas envisager que Beyoncé ait pu vouloir dire ça dans sa chanson.

Beyoncé n’est pas féministe. Sa démarche la plus féministe est peut-être d’avoir, à l’époque Destiny’s Child, chanté Independent Women, la BO de Charlie’s Angels. Gros succès de dancefloor dans lequel elle proclamait que toutes les fringues qu’elle portait, elle se les était achetées. Idem pour sa maison et sa voiture. Un brin matérialiste, son féminisme. (Même si on ne rappellera jamais assez que l’indépendance financière est la condition sine qua non de la liberté) . A la rigueur, on peut considérer que If I were a boy posait un regard critique sur les privilèges associés à la condition masculine. Excepté ces morceaux, Beyoncé s’est plutôt illustrée par des paroles ultra-conventionnelles sur l’amour et le mariage. Rappelez-vous, dans Single Ladies, elle lançait à son ex que s’il l’avait vraiment voulue, il aurait dû lui passer la bague au doigt. Bof, bof, pour une chanson adressée aux célibataires, censées être un peu affranchies de la pression sociale du mariage. Dans la vie, Beyoncé a d’ailleurs elle-même cédé à un schéma classique: mariée à 26 ans à Jay-Z, le seul homme qu’on lui ait connu.

Mais alors de quoi nous parle-t-elle dans Run the world ? Mais de girl power bien sûr ! Le girl power, ce magnifique concept venu d’outre-Manche grâce à nos amies les Spice Girls.
Le girl power, c’était des mini-jupes, des chaussures à plate-forme, et des Tshirts arborant le drapeau anglais. C’était aussi la fabuleuse bande de copines – qui s’est finalement écharpée au point de se séparer – censée incarner la solidarité féminine. Et surtout, c’était la promesse d’une nouvelle génération de femmes combatives, bien plus modernes et plus sexys que les suffragettes. Mais là encore, s’il suffisait de faire les 400 coups entre BFF pour obtenir des droits ça se saurait. Rapidement le girl power est donc devenu un concept assez complexe à mi chemin entre le réel désir d’indépendance et de solidarité, et la vengeance pure et simple d’un ex qui nous a fait du mal. C’est aussi devenu un formidable outil marketing .

Britney Spears s’est engouffrée dans la brèche avec Toxic. Bien qu’esthétiquement très réussi, le clip véhicule l’image d’une mante religieuse, qui ne fait qu’une bouchée des hommes. En matière de dialogue intersexuel on repassera. Pareil pour Womanizer, très critique envers les hommes à femmes, certes, mais peu constructif en matière d’indépendance féminine, puisque justement, tout tourne autour des hommes, ces salauds. Sa grande rivale, Christina Aguilera s’était, elle, démarquée en sortant en 2003 un duo avec Lil’Kim intitulé Can’t hold us down .

Là encore, le refrain est très girl power, et les deux chanteuses sont vêtues comme des stars du X, mais la chanson a le mérite de présenter les femmes autrement que comme des amoureuses obsessionnelles. Et dénonce les préjugés dont elles souffrent, bien plus que les hommes, en soulignant qu’un homme à femme est un don Juan là où une femme à hommes est une pute.

Mais les reines du girl power restent incontestablement Carrie and co, de Sex and the city (SATC). Si la série a eu l’audace de poser plein de questions nouvelles sur les rapports hommes-femmes, et sur la sexualité féminine en particulier, elle se termine quand même par les retrouvailles avec le Prince Charmant qui sauve l’héroïne de la vie de solitude et de débauche à laquelle elle était promise. On a vu plus féministe sur le fond. En revanche, cette brochette de meufs overlookées et super sympas, qu’on aimerait tellement fréquenter dans la vraie vie, est un bon concentré de girl power. Je suis prête à parier que Beyoncé a carburé à Sex and the city.

Myriam Levain

Advertisements

18 Réponses to “Le girl power, cette grande arnaque”

  1. Anaïs Misfits mai 27, 2011 à 4:46 #

    C’est ça le problème avec elle et ses copines, et plus globalement les américaines. Quand elle a sorti son parfum, sa pub a été censurée : http://anaismisfits.canalblog.com/archives/2010/11/18/19636698.html On nage en pleine hypocrisie. Sa posture revient à dire « je fais la bitch mais je prie chaque dimanche à la messe »…Et en voyant son nouveau clip soi disant féministe, j’ai eu la nausée. Anaïs Misfits

  2. Gaël mai 29, 2011 à 12:44 #

    La représentation des hommes dans ces clips n’est pas géniale non plus. Les hommes dans sont aussi victimes des stéréotypes, ils ont forcement des plaquettes de chocolat, se promènent torse nu et blablabla. Mais visiblement ça vous choque pas trop.

    Et puis la liberté de pouvoir s’habiller comme elles veulent (pourquoi pas en tenue légère? Les feministes doivent elles obligatoirement s’habiller avec des cols roulés?) n’est il pas un des combats du feminisme, celui d’avoir la liberté de son corps et en faire ce qu’elles veulent? Toutes ces chansons utilisent certaines thématiques du feminisme, chanté par des filles plus ou moins charmantes, parce qu’elles correspondent à des canons de beauté actuels (elles auraient été plus enrobées au moyen age). Ces clips jouent avec des stéréotypes surtout, comme les paroles des chansons. C’est mon avis de mec, mais mon avis d’homme vous interesse t’il? vu que je suis forcement pas « objectif » tellement je dois fantasmer sur les grosses cuisses de Beyoncé?

    Pour autant, je vous trouve injuste d’ironiser sur le pseudo feminisme de ces dames et de Beyoncé en particulier. C’est du feminisme naïf, mais je pense absolument sincere. Je vous conseille de visionner un film: Cadillac Records produit par Beyoncé qui raconte les début du label de soul music « Cadillac Records » et de l’ascension puis de la chute de la chanteuse Etta James incarné ici par Beyoncé.

    Beyoncé montre que son feminisme va au dela de la chanson run the world (girls), même si je pense qu’il ne s’agit pas d’un feminisme plus radical à la façon d’Emma Goldman.

    Une chanteuse qui manque a votre article est M.I.A. dont Beyonce a emprunté le producteur (Diplo) dans sa chanson run the world. MIA est une chanteuse qui se revendique clairement feministe et soutien les mouvements altermondialistes. Et c’est aussi une aficionados de la mode féminine, elle crée ses propres vêtements. L’une de ces chansons s’intitule « Jimmy »

    où elle imagine une jeune fille très sexy qui ironise sur les apparats d’hommes de pouvoir tels les traders et qui se révèlent déconcertés et incapables de résister à la jeune fille. Un peu à la façon du film (pas terrible) Le Nom des gens, MIA semble penser que toute les armes en possession des femmes peuvent être utile pour convertir l’ennemi à sa cause. Par ailleurs, cette chanson lie capitalisme et machisme et le féminisme à l’anticapitalisme. Difficile d’être feministe et capitaliste. Et difficile d’échapper au capitalisme.

    Sinon je vous conseille Ms. Dynamite et sa chanson It Takes More ou elle s’attaque a la représentation des femmes par les rappeurs américains et leur comportement vis à vis d’elles. très belle chanson.

    Bref, je vous trouve sévère. Je pense qu’il faudrait étudier plus longuement les paradoxes qui semblent sauter aux yeux dans un premier temps lorsqu’on regarde ces clips et que l’on écoute ces chansons.

    Le clip de Beyoncé kitchissime me parait plus interessant sur l’utilisation de l’imagerie révolutionnaire, et ça participe a la thématique feministe, car ce clip vient après les révolutions dans le Maghreb où l’on a vue que les femmes avaient eu un rôle important, qu’elles soient voilées (comme en egypte) ou pas (en tunisie).

    Que le combat feministe soit défendu (naïvement) par une occidentale aujourd’hui me parait important au moment ou un homme politique soit disant de gauche a sans doute violé une femme de chambre. Et que ce qui a choqué ici n’était pas le fait qu’un homme de pouvoir ose considérer une femme comme un objet sexuel, mais le fait que l’on ose arrêter un homme politique et qu’il était probablement victime d’un complot (donc que la femme de chambre était complice).

    Finalement le Maghreb nous donne un peu d’espoir (les femmes se révoltent) et l’occident me navre (la gauche qui défend le directeur du FMI prédateur sexuel).

  3. Une lectrice mai 29, 2011 à 1:08 #

    Pourquoi forcément opposer le mariage et le féminisme? Une féministe ne peut être que célibataire et dès l’instant où on est avec quelqu’un c’est fini? Une féministe ne porte pas de porte-jartelle, ne danse pas à moitié à poil dans un clip? Vous déroulez les clichés et les idées reçues comme les perles. C’est vraiment n’importe quoi votre analyse.

  4. Florian mai 29, 2011 à 1:57 #

    Une analyse tout aussi interessante :

    http://feministing.com/2011/05/23/beyonces-run-the-world-not-so-much/

  5. lix mai 29, 2011 à 3:56 #

    Chouette article!
    Mais Sex and the city… ou la plus grande arnaque pseudo-féministico-médiatique du XXe siècle. Outre l’audace relative dans la manière de traiter/représenter la sexualité, on a là 4 caricatures ambulantes (la carriériste malaimable forcément castratrice à tendance saphique, la tradi nunuche qui ne parle que mariage, enfants et conventions, la salope, et la nana « ordinaire » à laquelle la masse est supposée s’identifier principalement, soit une fashion victim matérialiste et obsédée par sa vie amoureuse, rêvant du prince charmant et de chaussures). Ok, elles travaillent, sont indépendantes financièrement et ont une sexualité. Youhou! Révolutionnaire! Subversif! En attendant, en nourrissant les spectatrices-teurs avec ce leurre de féminisme, on leur fait gober l’hameçon de la perpétuation de clichés nauséabonds et dangereux: allez les filles, soyez superficielles, faites du shopping, courez après les hommes, laissez la politique, la vie intellectuelle, l’art et l’économie aux hommes, c’est bien, voilà, voyez comme vous êtes toutes émancipées, bonnes filles, lààà.

  6. lix mai 29, 2011 à 6:25 #

    Le problème avec les 2 levées de boucliers qui précèdent, c’est qu’elles utilisent un raccourci un peu facile: dénoncer certaines représentations stéréotypiques (femme mariée, femme objet…) ne veut PAS dire que l’élément utilisé est nécessairement illégitime en soi. Personne n’a dit que vouloir se marier ou adopter des vêtements et une attitude sexys étaient antiféministes en soi, et qu’épouser la cause féministe (= à mon sens, lutter contre les discriminations/stigmatisations/essentialisations fondées sur le genre) requérait col roulé, célibat et austérité. Le principe du point de vue défendu dans l’article, il me semble, est de souligner l’excès de certains stéréotypes, ce qui est loin d’être « n’importe quoi » (cool argument, au passage).
    Si quelqu’un écrivait un article sur les représentations clichés des Noirs (ayant oeuvré dans la lutte contre els discriminations raciales) comme étant forcément sportifs ou musiciens, et leur rôle dans la perpétuation de représentations étroites, il s’en trouverait forcément un pour s’indigner « et quoi, les Noirs ont plus le droit de jouer du saxophone? », j’imagine?

    • Gaël mai 29, 2011 à 7:33 #

      Disons que dénoncer l’exces de stéréotypes dans les clips de Beyoncé, ou dans les clips de rap, ou dans les clips de rock, c’est un peu too much. ça peut être sympa pour en faire une chanson (Ms. Dynamite, Yelle), mais bon, un billet de blog, autant creuser un peu plus non? Je préfère donc voir ce qui peut être interessant dans l’idée d’utiliser certain stéréotypes pour « vendre » tout en diffusant des idées pas si mercantiles que ça. Je continue de penser qu’il y a de la sincérité dans les positions de ces filles, même si elles ne sont pas radicales. Et on va pas demander à Beyoncé d’être une Rosa Luxemburg…

      • lix mai 29, 2011 à 7:48 #

        « Too much » ou pas assez creusé? Il faut savoir…;) Je ne vois vraiment pas où est le problème avec le fait d’écrire un billet de blog là-dessus, ni le rapport avec la choucroute d’ailleurs. Personne ne doute qu’il y ait de la sincérité dans le discours de ces filles, ou plutôt, je ne pense pas que l’auteure de l’article en doute en tout cas. Et je n’en doute pas (tant que ça) non plus.
        Certes, on ne va pas demander à Beyoncé d’être Rosa Luxemburg, et c’est exactement pour ça que des gens écrivent des articles pour nuancer ses « prises de position ». Ce qui est fait ici sans aucune sévérité, ni mauvaise foi, ni haine de qui que ce soit il me semble…

  7. samira mai 29, 2011 à 7:05 #

    Oui donc en gros pour être une vraie féministe il faut surtout ne pas s’épiler la moustache, s’habiller en camioneuse, ne pas assumer son corps parce que les vêtements sexy ça fait trop « femme objet » bien sûr, hein et être lesbienne, ça va de soit.

    « Beyoncé a d’ailleurs elle-même cédé à un schéma classique: mariée à 26 ans à Jay-Z, le seul homme qu’on lui ait connu. »

    je ne vois pas le rapport … une féministe n’a pas le droit de se marier et est obligée de se taper plusieurs hommes ? et coucher partout ?
    Si Beyoncé n’a eu qu’un seul homme dans sa vie c’est justement à cause de sa carrière.

    Beyoncé est bel et bien une femme de pouvoir, il ne suffit pas de lire les paroles de Run the world mais de regarder sa carrière et sa vie.

    C’est une femme d’affaire qui gagne plus que son mari, indépendante, qui dirige sa carrière comme elle l’entend, elle est souvent nommée dans les classements des personnalités les plus influentes.
    Elle met de côté l’idée de fonder une famille ( et justement d’être dans le schéma classique que vous détestez tant) pour justement, pouvoir se consacrer à 100% à sa carrière.

    Beyoncé est vraiment un exemple de réussite, d’ambition et de pouvoir féminin.

  8. Myla mai 29, 2011 à 8:57 #

    Euh je ne suis pas sûre que Beyoncé se sente féministe et ce n’est sûrement pas son message. Un peu de documentation sur le parcours de Beyoncé aurait pu vous aidez à y voir plus clair.
    Beyoncé a toujours véhiculé l’image d’une jeune femme forte, une sorte de self-made woman qui réussit tout ce qu’elle entreprend.
    Si on regarde le dernier album de Beyoncé  » I am…Sasha Fierce « , le message c’est avant-tout l’ego trip, l’idée qu’une femme peut être meilleure qu’un homme, tout en ayant cette part de sensibilité caractéristique de la femme selon évidemment la société, elle ne dit pas qu’il faut être meilleure que les hommes, mais meilleure tout court.
    Critiquer le fait qu’elle dise aux femmes de diriger ou de dominer le monde, je trouve cela un peu stupide. Les femmes font ce qu’elles veulent, rien n’empêche une femme d’aimer l’économie plus que la mode et si l’économie ou la mécanique intéressées un grand nombre de femmes ça se saurait alors il faudrait arrêter de crier au scandale, sous prétexte qu’une femme adore la mode, ou tout simplement parce que c’est une  » bombasse  » je ne vois pas en quoi c’est dégradant…C’est peut-être cliché, mais sûrement pas dégradant.
    Dire que Beyoncé et le girl power c’est une grosse arnaque, c’est mettre en valeur les clichés du féminisme. En clair, une féministe doit être moche, intelligente et surtout ennuyante à souhait…En clair, une femme sexy avec un micro short ne peut pas être féministe et après on parle de superficialité… Et tout cela, parce que ça excite les hommes…
    Il faut donc rappeler aux féministes que si une femme souhaite exciter les hommes, c’est aussi parce qu’elle en a envie, ce n’est pas un viol. Et ne dîtes pas que c’est la société qui l’incite à le faire. Beyoncé est loin de véhiculer l’image de la femme sensible et fragile comme par exemple Katy Perry qui joue sur son côté adorable et neuneu…
    Quand Beyoncé dit que ce sont les femmes qui dirigent le monde, c’est un message positif. Elle dit que les femmes doivent être économiquement indépendantes et que la clé est le travail, c’est peut-être pas révolutionnaire, mais je vois pas en quoi c’est une arnaque. Vu que dans l’idée c’est le travail et la persévérance qui paie. Je trouve qu’au contraire, c’est un message nécessaire aux Etats-Unis où les femmes issues des minorités sont de véritables assistées entre la  » positive action  » et autres lois les  » favorisant  » et où le taux de diplômées dans la communauté noire est carrément désolant.
    Fan de Sex And The City, je n’ai jamais vu en cette série l’aspect féministe bien au contraire, c’est encore une fois le côté glamour qui l’emporte. On parlait bien plus des tenues et des Manolo de Carrie que d’autre chose.
    Je dirais que ce n’est pas un titre féministe mais féminin et que Beyoncé n’a jamais eu une démarche féministe.
    Toutefois, ce n’est pas parce qu’elle n’est pas féministe, qu’on doit critiquer ses paroles. Rien ne dit que la musique actuelle est caractéristique de la société. Parce qu’effectivement dans la musique c’est bel et bien les femmes qui sont en tête d’affiche. Oui, ce sont avant-tout pour des raisons purement commerciales.
    Mais pourquoi crachez sur le fait que la beauté, et ces femmes-là font vendre et qu’elles sont même meilleures que les hommes dans ce domaine. Elles font exactement la même chose que Madonna c’est-à-dire vulgarité, obscénités, chanter faux… mais en mieux. En tout cas, pour Beyoncé il est évident que c’est en mieux étant donné qu’elle sait chanter et danser. Aujourd’hui elle est considérée comme la meilleure performer du monde, hommes compris. Elle est devenue un exemple et une icône qu’on le veuille ou non, mais en France on a énormément de mal à le percevoir, tout simplement parce que nous ne sommes pas un pays qui accorde une grande importance au show. On préfère une musique plus  » élitiste « …

  9. Miss*Me mai 29, 2011 à 11:00 #

    Et puis la dernière image du clip, le tout dernier pas de la choré c’est un garde à vous militaire face aux hommes immobiles et vaguement impressionnés. On dirait qu’elle se met aux ordres.
    A part ça, soyons sérieuses : Big était trop sexy quand même !

  10. Les Martiennes mai 29, 2011 à 11:46 #

    Merci pour ces nombreux commentaires. Avant toute chose, nous ne prétendons pas, sur notre petit blog, avoir la réponse à toutes les contradictions qui caractérisent les femmes aujourd’hui. Et nous sommes de grandes fans de Beyonce, Britney et Carrie (oui, Big était hyper sexy!)
    Ce sont plutôt les commentaires qui ont été faits autour de cette chanson qui nous ont agacées et poussé à écrire un billet – qui reste un billet de blog, avec les limites que comporte l’exercice.
    En effet, être féministe ne veut pas dire être anti-féminine. Au contraire! La mode permet de s’amuser, de s’exprimer, et les femmes ne se divisent pas entre les futiles décérébrées et les intellos mal fagotées. Mais il ne faut pas confondre féminité et féminisme, visibilité et pouvoir, sex-appeal et émancipation. Et surtout il ne faut pas confondre girl power et féminisme. C’était l’objet de ce billet : rappeler que danser à moitié à poil, se bourrer la gueule, faire du shopping et se taper plein de mecs, c’est bien. Gagner autant que son mari et avoir accès aux mêmes postes de pouvoir quand on ne s’appelle pas Beyoncé, c’est mieux. La pauvre Beyoncé n’y est pour rien, et elle ne se proclame probablement pas féministe. Mais redonnons du sens au mot et arrêtons de présenter cette chanson comme un exemple de féminisme.

    • Eva juin 21, 2011 à 11:47 #

      Je trouve ça bien que vous mettiez les pendules à l’heure en rappellant que la chanson de Beyoncé n’est pas la plus féministe qui soit avec un clip aux chorégraphies aussi prenantes que le clip est kitsch. Néanmoins, l’initiative de Beyoncé devrait plutôt être encouragée quitte à ce que l’artiste elle-même soit prise pour une féministe plutôt que descendue voire humiliée comme vous l’avez fait sur votre article : les coups de gueule d’accord mais à bon escient! C’est déjà rare qu’on ait des messages qui amènent les gens à se révolter ou à prendre un peu conscience pour qu’on soit en train de taire ces mouvements à la racine!

      • Les Martiennes juin 22, 2011 à 12:32 #

        Chère Eva,

        Merci pour votre commentaire. Ne croyez pas que nous en avons après Beyoncé, au contraire, nous sommes de grandes fans de l’artiste. Le but de ce post était plutôt de dénoncer le discours qui fait d’elle une féministe, nous sommes relativement convaincues qu’elle-même ne se revendique pas féministe. Il est beaucoup plus probable qu’elle se définisse comme une chanteuse, une danseuse, et une excellente business woman. Mais en tant que blogueuses féministes il était important pour nous de rappeler qu’il ne faut pas tout confondre. Et heureusement, cela ne retire en rien de la valeur à sa musique!

  11. Justine mai 30, 2011 à 9:53 #

    Je crois que vous oubliez une chose plutôt essentielle qui ne transparait pas tant que ça dans l’article ou dans les commentaires : Beyoncé est quand même là pour faire de du fric. Je ne remets pas en cause ses productions artistiques, mais on ne peut pas nier que son but est de vendre (le plus possible), c’est son job. Vous l’avez dit vous même, c’est une femme d’affaire. Vous débattez sur sa sincérité, et sur le féminisme ? Pour moi il n’y a ni l’un ni l’autre. On met des filles à moitié à poil parce que ça fait vendre, et on met des paroles feministes, mais pas trop subversives quand même, parce que ça fait vendre aussi.

  12. Une lectrice mai 30, 2011 à 10:02 #

    Faire du fric et être sincère dans sa démarche artistique/intellectuelle n’est pas forcément antinomique non plus hein.

  13. Eva juin 22, 2011 à 12:59 #

    Je trouve ça bien que vous mettiez les pendules à l’heure en rappellant que la chanson de Beyoncé n’est pas la plus féministe qui soit avec un clip aux chorégraphies aussi prenantes que le clip est kitsch. Néanmoins, l’initiative de Beyoncé devrait plutôt être encouragée quitte à ce que l’artiste elle-même soit prise pour une féministe plutôt que descendue voire humiliée comme vous l’avez fait sur votre article : les coups de gueule d’accord mais à bon escient! C’est déjà rare qu’on ait des messages qui amènent les gens à se révolter ou à prendre un peu conscience pour qu’on soit en train de taire ces mouvements à la racine! Je ne pense pas que Beyoncé transmette ce message uniquement pour le marketing puisqu’à de nombreuses reprises, elle parle aussi de la condition féminine en société avec « if i were a boy » par exemple qui parle aussi du fait que l’homme a le droit de boire de la bière, rentrer tard le soir etc. lorsque la femme, bien qu’elle en ait le droit légalement, sera mal vue si elle voualit en faire de même. Le féminisme n’est pas forcément radical, on a besoin de « stars » pour faire véhiculer la vision d’une femme moderne et indépendante!

  14. Æ juin 26, 2011 à 2:13 #

    Merci pour le merveilleux poster! J’ai vraiment aimé le lire, vous serez un grand author.I sera de retour .. Je tiens à vous soutenir pour continuer votre excellent travail, avoir un beau matin!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :