La schizophrénie des “féministes” du Tea Party

18 Juil
Michelle Bachmann

Michelle Bachmann Crédits: Gage Skidmore Flikr: cc

Difficile de se dire féministe, en France. L’image d’hystériques anti-hommes leur colle à la peau. Pourtant aux États-Unis, le terme est à la mode, au point que certaines femmes se revendiquent féministes, en dépit de leurs convictions. Ce sont les conservatrices du Tea Party. Les meilleurs exemples sont bien sûr les candidates à la primaire républicaine, Sarah Palin et Michelle Bachmann. Décryptage de leur stratégie.

Comment elles ont fait du féminisme un argument marketing:

  • Briguer la fonction suprême est une révolution

Pour des femmes dont l’idéal est de s’occuper des enfants et de cuisiner pour leur mari, travailler ne va pas de soi. Alors briguer un mandat électoral, et même être candidate à la présidentielle, c’est une petite révolution. En un sens, Sarah Palin et Michelle Bachmann, toutes les deux candidates aux primaires républicaines, sont des ovnis. Elles sont à la fois proches et lointaines de ces mères au foyer, qu’elles disent incarner. Les deux se disent féministes, car elles briguent la fonction suprême. Non seulement elles sont persuadées de pouvoir faire le job, mais en plus elles s’estiment mieux placées que leur époux, auxquels sont pourtant entièrement dévouées. L’idée sous-jacente: Une femme serait mieux à la Maison Blanche qu’à la maison tout court.

  • Elles se disent victimes de sexisme en politique

On se souvient de la polémique autour d’une expression de Barack Obama lors d’un meeting pendant la campane présidentielle de 2008: “On peut mettre du rouge à lèvre à un cochon, cela reste un cochon”. Sarah Palin l’avait pris pour elle. La candidate à la vice-présidence avait utilisé cette polémique pour dénoncer le sexisme en politique. La présence de Sarah Palin et Michelle Bachmann aux primaires républicaines force aujourd’hui les autres candidats à se repositionner. Comment répondre à une femme politique sans apparaitre sexiste?

  • Elles prétendent représenter le vote des femmes

Enfin plutôt le vote des mères. Sarah Palin aime se surnommer Mama Grizzly. Elle a 5 enfants. Michelle Bachmann en a 5 aussi. Sa famille a aussi recueilli 23 enfants, comme famille d’accueil. Michelle Bachmann tire d’ailleurs toute son expérience de ce statut de mère au foyer. C’est ce qui l’a menée en politique. Ces femmes mettent en avant un modèle presque matriarcal, où leur expérience de mère leur sera indispensable pour prendre les meilleures décisions pour la nation. Elles entendent gérer les Etats-Unis, comme elles ont géré leur foyer, avec (plus ou moins de) succès…

Mais dans le fond, elles ne sont pas du tout féministes:

  • Elles sont des desperate housewives en puissance

Avant de se lancer en politique, Michelle Bachmann et Sarah Palin étaient mères au foyer, responsables d’une famille nombreuse. Tout quitter, pour combattre le mal, même en politique, fait d’elles des femmes qui s’assument financièrement. Elles gagnent souvent plus que leur mari, et leur pouvoir les surpasse totalement. Todd Palin, qui a dû démissionner, en raison de suspicion de conflits d’intérêt, est désormais l’homme au foyer depuis 2009. (Son rôle politique auprès de son épouse fait débat). Si elles échappent de fait au statut de femme au foyer désespérée, elles en gardent la mentalité. Elles sont certes des ex-desperate housewives. Mais leur modèle familial pour les autres femmes, c’est bien celui qu’elles ont fui.

  • Elles détestent les féministes et leur combat

Les conservatrices du Tea Party détestent le féminisme et sont en opposition complète avec leur idéaux et le combat d’émancipation. Pour elles, la femme idéale est soumise et s’occupe de ses enfants. Elle ne travaille pas, est contre le sexe avant le mariage. Et surtout, elle n’avorte pas. Cependant, les conservatrices du Tea Party utilisent la rhétorique féministe pour combattre le sexisme, dont elles sont vraiment victimes.

  • Faites ce que je dis mais pas ce que je fais

Ces ex-femmes au foyer n’oublient pas dans leur campagne leurs devoirs « d’épouses obéissantes”. Car si elles travaillent, elles sont avant tout les femmes de leur mari. Michelle Bachmann a récemment rappelé qu’elle restait “soumise” à son époux. Si on vote pour Michelle, son mari aura-t-il le dernier mot pour les grandes décisions politiques ? Une Michelle Bachmann prône un idéal familial, dans lequel la place de la femme est au foyer. Mais elle fait tout le contraire, en menant une carrière comme Membre de la Chambre des Représentants du Minnesota depuis 2000.

  • Des mots vides de sens

Elles créent de la confusion sur les mots, les notions, les mouvements. L’enjeu: vider la notion de féminisme de sa substance. On a d’abord reproché à ces candidates leurs prises de positions anti-féministes. En noyant le poisson, en se réclamant féministe, elles court-circuitent les attaques de leurs adversaires. Etre une femme n’est ni condition nécessaire ni suffisante pour être féministe. Les conservatrices du Tea Party semblent l’oublier.

Tina Fey, censurée sur féminisme et les conservatrices

Dans les faits, le Tea Party, s’il défend des valeurs religieuses et extrêmes, a vu l’émergence de nombreuses femmes. Paradoxalement, les angry moms activists, les mères militantes en colère, ou les républicaines conservatrices se sont retrouvées dans cette ligne du parti. Il y aurait 55% de femmes dans le Tea Party. Dans les années 90, ces femmes se voulaient garantes des valeurs morales, explique Anna Rosin. C’est peut-être le résultat de l’échec des partis traditionnels, qui ont exclu longtemps les femmes de la sphère politique, aux Etats-Unis comme en France.

Ces femmes ne sont pas féministes. Ce serait trop simple. Elles profitent seulement du fruit des combats féministes, s’approprient leur héritage qu’elles rejettent et attaquent à la fois. Le féminisme, serait-il victime de son succès? Les pionnières du féminisme américain doivent se retourner dans leur tombe. Elles se sont battues, pour l’égalité, la liberté notamment en terme de contraception, et espérant un jour qu’une femme puisse accéder à la présidence, mais pas des femmes qui remettent en cause ses valeurs.

Charlotte Lazimi

Advertisements

6 Réponses to “La schizophrénie des “féministes” du Tea Party”

  1. Léa juillet 18, 2011 à 1:32 #

    Bon papier, bien argumenté. Je comprends pas pourquoi tu n’as pas carrément essayé de le vendre à un mag féminin…

    • (M)hystérie juillet 18, 2011 à 3:08 #

      Pourquoi à un magazine féminin plus particulièrement (et ne serait-ce pas cautionner leur « produit » que de leur vendre votre travail) ? N’y a-t-il pas d’autres types de magazines qui pourraient payer votre travail ?
      Et si vous l’aviez vendu (surtout à un mag féminin), je n’aurais sûrement jamais pu le lire !

  2. David juillet 18, 2011 à 4:10 #

    Palin, Bachmann & co (Christine O’Donnell, Ann Coulter, la longue liste de présentatrices Fox news, etc) semblent être un faire valoir pour attirer l’électorat beauf masculin. Une jolie façade, mais soumise a l’homme. Quand Bachmann dit qu’elle a fait du droit fiscal parce que son mari le lui a ordonné on atteint des sommets…
    Une jolie inversion des rôles, illusoire, qui sert encore les mêmes.
    Les 55% de femmes dans le Tea Party me surprennent. Est-ce une preuve que le mouvement est réellement perçu comme féministe juste parce que certains portes paroles sont des femmes, ou est-ce juste une illustration que le modèle de la mère au foyer est vraiment très profondemment ancré dans les esprits américain ?

    Sinon bon article de synthèse 😉
    Je n’ai découvert ce blog que récemment, mais il est maintenant dans mon flux rss pour ne rien louper.

  3. Æ juillet 18, 2011 à 4:15 #

    Perspective de blog intéressant … Vous êtes un journaliste et écrivain très bonne, vos compétences de pensée critique est bien développé. Je dois dire que même si je n’ai pas toujours d’accord avec votre point de vue, mais il reste un certain sens pour moi. J’aime lire votre blog et tiens à vous encourager à continuer à écrire. Merci!

  4. Sylvie juillet 19, 2011 à 8:25 #

    Bonne question effectivement, sont-elles ou ne sont-elles pas féministe ?
    Il est évident qu’elles ne le sont pas. Et si 55% des militants du Tea Party sont des femmes c’est tout simplement que beaucoup de femmes se reconnaissent dans ce genre de vie « idéale » de femme exclusivement mère et soumises à leurs maris (soumises en apparence, cela va de soi).
    Cette histoire me rappelle une réflexion d’Athéna, la déesse de la stratégie guerrière et de l’intelligence, dans le téléfilm Xéna la guerrière (on a les références qu’on peut, mais elles ne sont pas aussi simplistes que l’on croit au premier abord). Elle disait :
    « – Il n’y a pas animal plus dangereux qu’une femelle qui défend son enfant » à propos de Xéna elle-même.
    C’est là je crois qu’il faut vraiment voir le fond du problème.
    Ces femmes qui se vantent d’être de merveilleuses génitrices et des épouses parfaites se placent sous un point de vu strictement biologique et donc animal.
    La femme qui défend sa position d’humain capable de créer une pensée conceptuelle positive, se place dans un contexte cosmique qui dépasse tout simplement la notion de séparation de sexe.

  5. avec femme septembre 15, 2012 à 7:12 #

    Pretty great post. I simply stumbled upon your blog and wanted to say that I have truly enjoyed browsing your blog posts. After all I will be subscribing on your rss feed and I hope you write again very soon!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :