PAF, mercato et testostérone

28 Août
sexisme médias PAF mercato et testostérone

Crédits TF1

Chouette, c’est la rentrée médiatique cette semaine. Et qui dit nouvelle saison, dit nouvelle grille, nouveaux contrats… et nouveaux mecs. On ne va pas se mentir, en dehors des Miss Météo et autres chroniqueuses officiant dans des « émissions féminines », cette rentrée semble plus que jamais placée sous le signe des hommes.

Heureusement, il y a quand même deux-trois changements qui nous ont fait plaisir. Par exemple, l’arrivée de Natacha Polony et Caroline Roux à la matinale d’Europe 1, qui pénètrent donc dans la forteresse imprenable des matinales radio. Jusqu’à présent, seules les voix de Raphaëlle Duchemin, Agnès Bonfillon et Pascale Clark féminisaient le concert des chroniqueurs de la tranche 7h-9h, l’équivalent du 20h télévisuel, qui reste malheureusement un temple masculin. Rien de plus déprimant que d’éplucher les rubriques des diverses matinales : un homme (si possible pas trop jeune) succède à un autre homme, qui succède lui-même à un autre homme. Parmi les autres arrivées réjouissantes, celle de Daphné Bürki au Grand Journal, qui co-animera l’émission avec Michel Denisot. Désormais la grand messe Canal + sera dite par un homme et une femme, ce qui fait grimper d’un coup la note parité de la chaîne (même si la nouvelle équipe est composée de neuf mecs pour trois filles). Enfin, quoi qu’on en pense, Anne Roumanoff qui débarque à 19h45 sur France 2, cela contribue à booster la visibilité des femmes sur les médias grand public.

Voilà pour les bonnes nouvelles. Pour le reste, c’est moins fun. Plusieurs femmes ultra-visibles, dont on avait salué l’arrivée dans la lumière, sont désormais remplacées par des hommes. C’est le cas d’Isabelle Giordano qui perd son émission Les Affranchis au profit de Frédéric Lopez, d’Audrey Pulvar qui est remplacée par Aymeric Caron dans On n’est pas couchés, et de Laurence Ferrari qui cède la place à Gilles Bouleau au JT de TF1. Résultat, la case reine du 20h, qui fut paritaire à l’époque où Claire Barsacq  officiait sur M6 (elle a depuis été remplacée par Xavier de Moulins)  se retrouve trustée par des hommes les jours de semaine.  Seule Daphné Roulier, recrutée pour présenter le 20h de la toute nouvelle D8, tiendra compagnie à Patricia Loison, qui garde son fauteuil du 19/20 sur France 3. Ouf, quelques femmes viennent quand même remplacer d’autres femmes sur le départ: c’est le cas de Wendy Bouchard qui reprend les rênes de Zone Interdite après Melissa Theuriau et d’Aïda Touihri qui récupère la place d’Elizabeth Tchoungui sur France 2.

On me rétorquera que quand même, ce ne sont pas les femmes qui manquent sur le PAF. Et ce n’est pas faux. Mais quand on y regarde de plus près, elles sont surreprésentées dans le traditionnel triptyque santé/éducation/tendance. En gros, tous les sujets de bonnes femmes les domaines dans lesquels « elles exercent une sensibilité si développée ». D’ailleurs, les nouveautés 2012-2013 n’échappent pas à la règle, puisque parmi les gros transferts du mercato, on trouve Laurence Ferrari et Maïtena Biraben, toutes deux à la tête de concepts qui traiteront certes de l’actualité et de sujets de société, mais sur un ton « décalé » et « divertissant ». Et qui de mieux pour ce créneau que plein de femmes rigolotes et pétillantes ? Les chroniqueurs sérieux, eux, reprendront sans doute du service dans C dans l’air, régulièrement épinglée sur le web pour son absence de mixité. Comme à chaque rentrée, les choix des chaînes nous confirment qu’il est difficile pour les femmes d’exister autrement que sur le terrain du léger. Voire d’exister tout court. Toutefois, quelques exceptions confirment la règle : outre Anne-Sophie Lapix, qui conserve sa place sur Dimanche +, on applaudit l’arrivée d’Apolline de Malherbe à La Matinale de Canal +, qui vient grossir les rangs clairsemés des femmes journalistes politiques. Dans un autre registre, France Inter se jette à l’eau en sortant de l’obscure case du dimanche après-midi son émission  Les femmes, toute une histoire, désormais diffusée le vendredi matin de 9h à 10h.

Enfin, il existe tout de même une amère satisfaction dans cette grille de rentrée : en matière de cumul des mandats, les femmes sont pratiquement les égales des hommes. J’avais entrepris de balancer des noms (féminins et masculins) mais honnêtement il y en a trop. Quasiment chaque chroniqueur/se sus-cité(e) a une voire deux autres casquettes. A croire que la meilleure façon de trouver un job sur le PAF, c’est d’en avoir déjà un. Dans ce domaine, les médias n’ont rien à envier à la politique et restent désespérément fermés. C’est mathématique : chaque poste cumulé par la même personne est un poste en moins pour un potentiel nouveau visage (qu’il soit féminin, jeune, ou issu de l’immigration). Pas étonnant, donc, que les médias français soient aussi en retard en matière de parité, et de diversité en général.
Myriam Levain

Advertisements

3 Réponses to “PAF, mercato et testostérone”

  1. Montetino septembre 15, 2012 à 8:50 #

    Les femmes toute une histoire, sur France Inter, avant c’était bien, dynamique, et avec du contenu. Depuis la réalisatrice a changé, et c’est devenu une pub pour ELLE. Maintenant, c’est plat, consensuel, pas du tout informatif. Vide. Comme ELLE.

  2. gentlemanw octobre 5, 2012 à 10:05 #

    Télé, je la regarde peu !

    Magazines féminins, je les lis tous pour m’informer , pour mes blogs, pour ma propre sensibilité, de Cosmo, à Biba, de Causette à Femme Majuscule.

    Et là aussi le paysage de la Femme, plutôt des Femmes et de leurs Féminités devient un stéréotype de la femme « presque libérée » mais quand même bonne ménagère. Et puis les femmes « consomment » (malgré elles, une page sur deux parfois) la publicité qui les ridiculisent. Vous avez la ménopause, vous avez quarante ans restez active….etc …et des publicités pour des crèmes jeunesse avec des jeunes femmes qui ont à peine vingt ans,.. des pages de mode aussi ridicules… et les pages beauté avec des jeunettes pubère …non je ne comprends pas ce manque de diversité quand la féminité est plus varié que cela dans notre vie, notre rue.

    Et cela devrait être applicable à la télé, pas par une loi, pas par défi féministe, par simple et naturelle représentativité de nos vies.

    Une femme pour remplacer le VIEUUUUUUUUUX DRUCKER.

    Gentleman W

  3. EtLui octobre 27, 2012 à 12:10 #

    Bonjour,
     » Dans un autre registre, France Inter se jette à l’eau en sortant de l’obscure case du dimanche après-midi son émission  Les femmes, toute une histoire, désormais diffusée le vendredi matin de 9h à 10h. »

    Une émission consacrée qu’à l’histoire des femmes et du feminisme, qui n’a que des chroniqueuses..
    Parfait! Il faudrait par soucis d’égalité, une émission consacrée à celle de hommes ( par exemple: de l’histoire de la misandrie) ou celle de l’hominisme et avec des chroniqueurs uniquement masculin.
    🙂
    Ps: il n’y a pas plus sexiste qu’une féministe misandre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :