Défense de la minijupe

14 Sep
Défense de la minijupe

Crédits JPott

 

 

Une fois de plus la minijupe se retrouve au centre du débat. A Nogent-sur-Marne, dans le Val de Marne (92), il est question de l’interdire au sein d’un lycée, ainsi que les débardeurs et les décolletés plongeants. Le motif: en classe, une tenue correcte est exigée. Une fois de plus, ce sont les femmes qui sont le curseur de la décence du groupe.

Trop découvertes, elles seraient le symbole d’une société gouvernée par la luxure et provoqueraient elles-mêmes l’agressivité des hommes (c’est ce posulat contre lequel s’insurgent les slutwalks). Trop couvertes, elles représentent l’absence de libertés infligée aux citoyens et la disparition de l’espace public. Émancipées, elles ont le droit de porter des pantalons. Ou au contraire, peuvent être punies pour cela.

Pourtant, la jupe n’a pas toujours été aussi sexuelle . Dans les années 60 elle a même été politique. Mais il faut reconnaître qu’aujourd’hui la penderie féminine redevient un sujet de préoccupation sociétale. Au point que la jeune Belge Sofie Peeters, dont le docu a fait le tour du web, s’est d’abord demandé si ses ennuis dans la rue étaient liés à sa tenue. Il semble encore long le chemin vers une garde-robe apaisée, où l’on arrêtera de projeter tous les fantasmes d’une époque sur la seule gent féminine. En attendant, la minijupe, qui fête cette année ses 50 ans, doit rester pour les femmes un vêtement comme les autres, si possible ludique et confortable. Le problème n’est pas le vêtement, c’est ce que la société tout entière en fait.

 

Myriam Levain

Publicités

8 Réponses to “Défense de la minijupe”

  1. Montetino septembre 15, 2012 à 8:55 #

    Les règlements d’un établissement scolaire ne peuvent pas être plus restrictifs quand à une tenue correcte que ce qu’en dit la loi, à moins que la tenue soit dangereuse, comme les claquettes sur lesquelles les élèves (qui se bousculent dans un collège ou une école primaire) peuvent marcher et faire tomber son camarade.
    Donc débardeurs, décolletés, short, mini-jupe, ventre à l’air, dos-nu etc… ne peuvent pas être interdits, des parents peuvent porter plainte.
    Plusieurs établissements de mon environnement ont déjà essayé, sous l’impulsion d’un chef d’établissement ou d’un CPE un peu pudibond, de réglementer pour que les élèves soient plus couverts, mais ont renoncé, soit au CA par intervention rappelant la loi, soit parce que les élèves ont fait de la résistance, et que c’était inapplicable.

  2. Deckard octobre 4, 2012 à 10:50 #

    La mini-jupe est la preuve de la domination de la fille qui doit montrer ses fesses avant toute chose. Pauvre féminisme qui considère ça comme un choix ! Vous n’êtes même pas capables de discipline dans vos propres rangs. Je dirais la même chose pour les tenues débrayés des garçons.

    • diogene2066 novembre 28, 2012 à 9:19 #

      Une seule remarque : vous procédez par « affirmations d’autorité »… Commencez par démontrer : 1) « est la PREUVE » ; 2) « domination de la fille » ; 3) « DOIT montrer ses fesses » ok ???
      QUI a dit que les filles DOIVENT montrer leurs fesses ?
      Merci de votre réponse, argumentée et sourcée.

  3. gentlemanw octobre 5, 2012 à 9:56 #

    Ce sujet est une source d’un débat bien plus complet, car à chaque culture, chaque religion, mais plus encore à chaque époque et avec le mix de chaque génération de femmes, chacune aura son opinion sur sa liberté : laquelle ? la liberté de vie, de mode, de son quotidien, mais ici s’ajoute toujours le rapport à l’autre, au regard de l’autre, au jugement de l’autre.

    Les femmes sont libres d’être en pantalon si elles le veulent, d’être en mini-jupe, si elles le veulent, et les autres se doivent de leur laisser cette liberté.

    Trop courte à leurs yeux, qu’ils regardent ailleurs.
    Trop femme, dommage 50% de la population est ainsi, et puis qui enfanteraient dans un monde d’hommes (d’ailleurs fort triste)
    Trop çi, trop çà !

    Stop le jugement, la mode est libre.

    Mais dans les collèges, là où les premiers pas de sexualisation se forment, les garçons ont des comportements décalés. Oui à la décence, mais oui à la beauté de futures jeunes femmes.

    Oui au pantalon, Oui à la jupe, Oui à la liberté de mode, de vie de femmes.

    GentlemanW

    • Deckard octobre 6, 2012 à 4:19 #

      Ca vous dirait d’écrire plus normalement ?

  4. lo octobre 5, 2012 à 12:40 #

    94 le val de marine 😉

  5. Aerys octobre 22, 2012 à 5:22 #

    Faut savoir ce qu’ils veulent ! Un coup, les femmes ne sont pas assez couvertes, un coup elles le sont trop avec la burka ! 😀

  6. Euterpe novembre 13, 2012 à 11:53 #

    À quoi sert une mini-jupe ? Est-ce un vêtement ? C’est la question qu’il faut se poser ! Moi cela me paraît évident qu’une mini-jupe n’a rien à faire dans une école.
    Les élèves sont carrément distrait par un tel vêtement et se demande quand on va voir la culotte. C’est débile de porter cela. Moi non plus je ne vois pas comment on peut en faire une revendication féministe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :