Les politiques n’ont jamais été aussi féministes

13 Mar
NKM crédits: Adam Tinwort hflickr cc

NKM crédits: Adam Tinwort hflickr cc

Se déclarer « féministe » a rarement été une revendication gage de succès en politique. Pour faire court, rares sont les personnalités politiques qui se déclarent comme telles. La plupart du temps, ce sont des femmes. Pourtant depuis quelque temps, le terme n’a jamais été aussi à la mode. Repris par les femmes politiques de tout bord, même d’extrême droite.

En politique, la règle est simple. Les féministes se comptent presque sur les doigts d’une main, enfin celles qui se revendiquent comme telles et surtout qui maîtrisent la question des droits des femmes. A gauche comme à droite, on retrouve notamment Ségolène Royal, Martine Aubry, Marie-Jo Zimmerman, Rachida Dati, Roselyne Bachelot ou encore Nathalie Kosciusko-Morizet. Ces femmes se sont illustrées au cours de leur carrière par des déclarations sans langue de bois, brocardant le sexisme de leurs collègues masculins.

Pourtant ces derniers jours, Ségolène Royal et Nathalie Kosciusko-Morizet ont dérapé dans les remarques sexistes, mais tout ça au nom du féminisme. La première a fait un « éloge raté », estime Le Lab E1. Sur France Inter, le 4 mars dernier, elle déclarait: « On observe que des entreprises gérées par des femmes sont souvent mieux gérées, et en particulier dans le cadre de la micro-finance, on se rend compte que les femmes remboursent davantage les emprunts qui sont faits, dans le cadre de la micro-finance. Peut-être parce qu’elles ont l’habitude de gérer un budget familial et qu’au bout du compte il faut toujours qu’il reste quelque chose pour nourrir les enfants. » Une remarque qui n’échappe pas aux clichés. Mais ce n’est pas la première fois, que Ségolène Royal tente une comparaison hasardeuse. En septembre dernier, elle déclarait: « Il y aura du ménage à faire. Et ce n’est pas plus mal que ce soit une femme qui soit élue pour faire le ménage ». Mais elle n’est pas la seule à tomber dans les stéréotypes. Les réflexions de Nathalie Kosciusko-Morizet sont du même niveau. A l’égard de Ségolène Royal, elle a déclaré la semaine dernière: « Elle en est à attendre que son ex la nomme quelque part. Or, le premier trésor pour une femme, c’est son autonomie. Il ne faut jamais dépendre d’un homme, ni procéder de lui », avant de dénoncer de nouveau le sexisme dans une interview au Parisien Magazine: « J’ai fait deux bébés et j’ai eu droit à deux rétrogradations », dit-elle, avant d’ajouter: « Il y a plus de femmes en politique qu’il y a quinze ans, mais il ne faut pas s’arrêter aux symboles. Le sexisme fait un retour remarqué à l’école ».

Mais en dehors des élections, d’autres personnalités politiques se sont déclarées féministes, quand leur position sont loin de l’être. La première, c’est Marine Le Pen qui détournait la rhétorique féministe à son avantage. Cette fois, c’est une association européenne qui s’est déclarée contre le mariage de couples homosexuels. Elle s’appelle « le nouveau féminisme européen » . Son positionnement est clair: dans sa lutte contre le mariage pour tous, l’adoption des couples homosexuels, elles prétendent défendre les femmes, mais sans pratiquement en faire mention. Hors, comment parler d’égalité dans ces conditions? Si l’association est féminine, elle défend un point de vue très traditionnel de la femme et de la famille. Cela ne suffit pas à en faire une association féministe.

Première remarque: si les femmes bataillent pour être les plus féministes, on remarque qu’hors campagne électorale, les hommes ne se battent pas pour obtenir ce titre. Ensuite, ce qui nous inquiète dans ces désaccords par médias interposés, c’est cette confusion autour du terme féminisme, que nous avons déjà abordé dans un post, le féminisme pour les nuls. Toutes ces revendications de féminisme rendent le discours pour l’égalité inaudible. C’est dommage.

Charlotte Lazimi

Advertisements

4 Réponses to “Les politiques n’ont jamais été aussi féministes”

  1. Euterpe mars 22, 2013 à 2:08 #

    Elles n’ont qu’à se dire féministes ! C’est toujours mieux que si elles se disaient antiféministes ! C’est justement une bonne occasion pour les prendre au mot une fois élues genre : « vous avez dit que vous êtes féministe alors vous ne nous refuserez pas une petite loi antisexiste, n’est ce pas ? ».
    D’autant plus qu’elles risquent de se faire honnir en tant que traitresses au féminisme sur les réseaux sociaux si elles se défilent !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Des listes féministes aux européennes, une fausse bonne idée ? | Les Martiennes - avril 16, 2014

    […] pour le droit et l’égalité entre hommes et femmes a une couleur politique ? Bonne question. A droite comme à gauche, des femmes et des hommes politiques défendent des idées communes pour leur juste représentation […]

  2. Info Avril 2013 | L'institut EgaliGone - septembre 5, 2014

    […] politiques n’ont jamais été aussi féministes, article Charlotte LAZIMI, martiennes.wordpress.com – 13 mars […]

  3. Info Avril 2013 – L'institut EgaliGone - octobre 25, 2016

    […] politiques n’ont jamais été aussi féministes, article Charlotte LAZIMI, martiennes.wordpress.com – 13 mars […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :