Ozon le politiquement incorrect

30 Mai
capture d'écran

capture d’écran

Les féministes sont des chieuses. Le préjugé est classique et l’argument toujours utilisé, lorsqu’il s’agit de tenter de décrédibiliser une idée. Dernier exemple en date? La polémique François Ozon. Certains commentateurs ont pris la parole, non pour s’insurger sur les déclarations absurdes du réalisateur sur les femmes et la prostitution, mais pour expliquer que nous avions mal compris son propos…

Dans son dernier édito, Frédéric Bonnaud regrette qu’aujourd’hui « tout le monde s’excuse« . Il développe ensuite: « Ozon est un cinéaste intelligent dans une époque désespérément stupide, gavée de moraline et qui se paie d’envolées moralisatrices, obscène et puritaine à la fois« , avant d’ajouter: « Ozon badinait, provoquait gentiment, s’amusait au lieu de prendre un air grave et concerné. Erreur. Ça rigole pas trop, ces temps-ci. »

Heureusement que l’éditorialiste  est là pour  l’explication de texte. Une question cependant. Que vient faire « la morale » dans tout ça? S’insurger contre une généralité n’a rien à voir avec le « puritanisme ». Faut-il rappeler qu’il est dangereux de parler au nom du groupe aussi vaste que « les femmes », « un truc compliqué les femmes« , comme vous le rappelle si bien ce dernier. Un autre commentateur s’est aussi insurgé contre la situation injuste faite à François Ozon. Il s’agit de David Abiker qui déplorait ce « délire  inquisitorial est un peu comme la musique dans les hôtels, personne ne l’a demandée mais tout le monde est obligé de la subir« . Nouvel exemple? Lors de l’autre controverse du festival de Cannes sur la présence d’une seule réalisatrice sélectionnée au palmarès, Renaud Revel avait aussi jugé le débat « stérile« . Et c’est toujours la même idée avancée. Les féministes empêcheraient la liberté d’expression et « feraient des histoires ». Un stéréotype sexiste que l’on reproche d’ailleurs souvent aux femmes.

Dans les deux cas, les féministes n’étaient pas les seules à protester. D’autres hommes et femmes ont été choqués par la tenue des propos et/ou par l’entre-soi masculin de la sélection au festival de Cannes. Ces « polémiques » sont révélatrices. Ce ne sont pas des « affaires de femmes »ou « d’emmerdeuses féministes », mais des questions de société. D’un côté, on retrouve ceux qui aimeraient que rien ne change car « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ». Et de l’autre, il y a ceux qui ne peuvent s’empêcher de remarquer et dénoncer les inégalités. Pour notre part, il n’était pas question de remettre en cause le talent de François Ozon ou de faire l’apologie du « politiquement correct ». Nous avions marqué un désaccord. Certes, tout le monde est libre de dire ce qu’il pense, que cela ait du sens ou non. Mais s’exprimer, c’est aussi prendre le risque d’être contredit. Et c’est tant mieux. Une chose est sûre chez les Martiennes, la polémique constructive et politiquement incorrecte a encore de beaux jours devant elle.

Charlotte Lazimi

Publicités

2 Réponses to “Ozon le politiquement incorrect”

  1. gentlemanw mai 30, 2013 à 6:08 #

    Je n’avais commenté le premier article car je n’avais pas le recul, ni croiser de personne ayant vu le film. Depuis je peux dire que si le cinéma se doit d’aborder le meilleur et parfois le pire.

    Mais là encore quand on essaye de changer un peu le monde qui a tendance à plutot reculer avec les religions et les mâles héritiers d' »un machisme, on redoute la FACILITE avec laquelle OZON s’engouffre sur le plaisir de se prostituer, d’être jeune, d’aimer cela.

    Cette BANALISATION est écoeurante, même si le sujet existe, et n’est jamais vécu comme un plaisir par les protagonistes. Quant aux femmes qui rêvent de viol, qui fantasment, les propos doivent être surtout pas généralisés, ni même vulgarisés. Fantasme de plein de choses, mais de peu de gens.

    Bref, cet homme devrait rester derrière sa caméra et la fermer. Pauvre mâle sans cervelle !

  2. CarolineB juin 4, 2013 à 12:13 #

    Quelle tristesse, nous féministes n’avons aucun humour non mais vraiment! Quel culot d’encore oser la ramener. Ces machos qui se disent concernés par la cause des femmes tout en nous renvoyant gentiment à nos casseroles parce qu’on fait ca si bien depuis la nuit des temps… Cette suffisance crasse m’exaspère au plus au point. Depuis 10 ans je trouve que la condition féminine régresse dans notre société, nous devons plus que jamais rester soudées et continuer à nous indigner ouvertement face à ces situations inacceptables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :