Pourquoi les femmes sont si nulles? Bruno Mantovani a l’explication!

14 Oct
Susanna Mälkki, violoncelliste et chef d'orchestre finlandaise, directrice musicale de l'Ensemble intercontemporain

Susanna Mälkki, violoncelliste et chef d’orchestre finlandaise, directrice musicale de l’Ensemble intercontemporain

A la question « Pourquoi les femmes n’accèdent-elles pas plus souvent à des postes à haute responsabilité ? », les réponses des institutions laissent parfois à désirer. C’est le cas de Bruno Mantovani, directeur du Conservatoire National Supérieur de Paris. Dans une conférence retransmise sur France Musique, qui a fait polémique, il tente d’expliquer pourquoi les femmes n’arrivent pas au plus haut niveau et égrène les stéréotypes sexistes qu’il assène (probablement avec sincérité) comme des vérités. L’enjeu n’est pas de stigmatiser l’homme, mais plutôt ses propos.  Décryptage.

« Il y a des ambitions qui peuvent être très différentes chez les hommes et chez les femmes. On incite tout le monde à se présenter dans la classe de direction de chef d’orchestre(…) Mais les femmes ne sont pas forcément intéressées. »

C’est l’argument classique, (utilisé aussi par les politiques) : s’il n’y a pas de femmes, c’est parce qu’elles ne veulent pas y aller. Or, ce n’est pas si simple, surtout dans le milieu culturel. Les rapports de Reine Prat qui datent de 2006 et 2009 montrent que tout est plus complexe. En effet, les femmes sont exclues de presque tous les postes de direction: mise en scène, écriture, direction de théâtre, de ballet, de conservatoire ou d’orchestre etc… Dans plus de 70% des cas, ce sont des hommes qui tiennent place. Pas seulement parce qu’ils seraient meilleurs, mais aussi pour une question de réseau, ou simplement parce qu’on favorise plutôt l’entre-soi que des nominations originales ou différentes… On oublie aussi un peu facilement les cas de discrimination, notamment dans le domaine de la musique. Les femmes ont souvent été interdites dans les grands orchestres. Jusqu’en 1997, aucune femme n’était admise à l’Orchestre philharmonique de Vienne, fondé pourtant en 1842.  Difficile de croire que le machisme ait complètement disparu. Rappelons que depuis des années en France et aux États-Unis, les auditions se font désormais derrière un paravent. Ainsi, on ne peut deviner s’il s’agit d’un homme ou d’une femme. Et bien, devinez quoi? Les orchestres se sont depuis inévitablement féminisés! Claire Gibault, l’une des rares femmes chef d’orchestre l’assume: « Pour diriger un orchestre, j’ai dû le créer ».  Elle connaît la musique, explique-t-elle dans une interview , »des refus et des mensonges, des mille et une excuses destinées à écarter les femmes de cette position de pouvoir. « 

« Il y a le problème de maternité qui se pose. Une femme, qui veut avoir des enfants, va avoir du mal à avoir une carrière de chef d’orchestre, qui peut s’interrompre du jour au lendemain pendant quelques mois. Et puis après assurer le service après-vente de la maternité.  »

C’est rarement dit avec autant de sincérité et de clarté. Mais cette idée que le congé de maternité est « une pause inacceptable qui met en danger une carrière » est largement répandue. C’est ce qu’on appelle parfois un « délit de maternité. » Dans certaines entreprises, les femmes ont parfois des difficultés à annoncer leur grossesse à leur employeur. Leur départ peut être vécu comme une trahison. Ainsi, elles sont stigmatisées ou mises de côté à leur retour de congé. Cette situation inacceptable est ici largement assumée. Comme si l’absence de quatre à six mois était tellement déterminante dans une vie professionnelle de plus de quarante ans… Heureusement, des lois (à améliorer)  protègent les femmes au travail. Et l’arrivée de femmes PDG ou DG, mères de surcroît d’un ou plusieurs enfants  (Anne Lauvergeon, Sheryl Sandberg) ou de chefs d’orchestre comme Claire Gibault ou Susanna Mälkki prouve qu’il est possible de réussir les deux.

« Élever un enfant à distance, c’est pas simple. Vous me direz que les hommes sont dans le même cas. Mais malgré tout, le rapport d’un enfant à sa mère n’est pas le même que le père. »

Le préjugé est encore assez éculé: les femmes seraient des mères avant tout. En gros, on leur demande encore et toujours de choisir entre carrière et enfants, entre travail et maison. Bien sûr, les hommes sont épargnés de ce genre de considération. On ne s’inquiétera pas de savoir si untel est un bon père, même s’il est très absent. En revanche, une femme qui travaille beaucoup sera toujours suspectée d’abandonner ces enfants. Et pour se défendre, on invoque des raisons naturalistes. L’enfant serait mieux avec sa mère.

« Il y a parfois un frein physiologique. Le métier de chef est un métier assez éprouvant physiquement. Parfois, certaines femmes sont découragées par l’aspect physique : diriger, prendre un avion, prendre un autre avion, rediriger… »

Elles ne tiennent pas le coup physiquement, nous explique Bruno Mantovani. Car c’est bien connu, les femmes seraient des êtres fragiles et n’auraient ni la force, ni la carrure pour assumer ce genre de fonction, surtout s’il s’agit d’être « chef » et d’avoir « de l’autorité ». Ainsi, le tableau est complet. Ce serait peut-être pour ces raisons qu’elles n’arriveraient pas au plus hautes fonctions, conclut en fait Bruno Mantovani. La discrimination inconsciente est un phénomène insidieux. Les femmes, selon cette vision qui les handicapent dans le monde du travail, sont des mères, peu ambitieuses et faibles, incapables d’être des leaders. On espère en attendant qu’il se débarrassera de ses préjugés et ouvrira les yeux. On lui conseille vivement de s’inspirer des témoignages des femmes cheffes d’orchestre qui racontent le machisme dont elles ont souffert pendant leur carrière. Car sans ça, on voit mal des femmes réussir dans une institution gouvernée par de tels principes.

Charlotte Lazimi

Advertisements

4 Réponses to “Pourquoi les femmes sont si nulles? Bruno Mantovani a l’explication!”

  1. iméon octobre 15, 2013 à 11:58 #

    pourquoi ne pas écrire cheffe d’orchestre ? (dernière ligne du 2e paragraphe)

    • Les Martiennes octobre 15, 2013 à 3:32 #

      Très juste. C’est corrigé

  2. Zara novembre 23, 2013 à 4:03 #

    Bonjour. Bravo pour votre blog. Vous avez raison. Les postes de directions jouissent d’un sexisme désarmant. En mon sens, il existe 2 causes. 1- Le première concerne la rigidité de nos institutions qui relève presque de l’esclavage. La personnalité et la vie privé d’un individu doit être aseptisé au maximum. Absence total quasi-totale de travail d’équipe entre l’employeur et l’employé. L’employé doit donc ce soumettre à la force des institutions et composer avec le groupe déjà en place. Les changements de moeurs sont difficiles à opérer. Les besoins des employés sont souvent, souvent floués. Ainsi, qui dit conciliation travail famille dit: souplesse de l’employeur, changement dans les organisations, écoute des besoins des autres, travail d’équipe. Notre société de consommation et industrialisé ou la performance est au top des valeurs n’aiment définitivement pas cela. 2- En mon sens, le combat des féministes d’aujourd’hui concerne l’éducation des enfants. C’est la femme qui s’en occupe instinctivement de la sphère privé. Éducation, soins, organisation familiale etc. La femme aurait peut-être avantage à lâcher prise à ce niveau. Mais à quel prix…

  3. Dave R bio août 12, 2015 à 11:16 #

    Je ne sais pas si cela peut intéresser, mais j’ai fait quelques statistiques sur la présence des femmes dans les orchestres symphoniques de plusieurs pays.
    http://orchestresymphoniquefemmes.blogspot.fr/
    Il est très intéressant de noter que cela pose un problème pour certains que les femmes soient chef d’orchestres au nom de la vie privée, mais pas musiciennes dans certain pupitres, alors que cela aussi est une carrière ayant des effets sur la vie privée.
    Il montre aussi qu’hélas, certains clichés ont la vie dure.
    Et hélas, les chfs d’orchestre femmes restent très rares 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :