France Inter, pourriez-vous éviter de solliciter des invités misogynes ?

21 Sep

France interCher Bruno Duvic, cher France Inter,

Comme fidèles auditrices de votre station et de votre émission, notre surprise a été grande d’entendre ce matin Aldo Naouri, pédiatre à ses heures perdues, nous « éclairer » sur le thème de l’émission: Le dollar et le plumard : le couple et l’argentSi déjà le sujet fleurait bon les années 50, c’était sans compter les déclarations de votre invité.


En effet, avant 1965 et l’autorisation pour les femmes d’ouvrir leur compte en banque ou de travailler sans l’autorisation de leur mari, ses paroles auraient probablement eu un écho favorable. Mais là, cela nous a laissées pantoises… Pourtant, Aldo Naouri n’en est pas à ses premiers propos contestables, entre l’appel au viol polémique en mars 2013, ou ses délires sur le pouvoir supposé des femmes et des mères. Evidemment, il persiste et signe dans votre émission, en incitant les femmes à ne pas travailler, pour que leur gentil mari et « prince charmant » s’occupe d’elles. Selon ce dernier, les femmes ont « par définition de la valeur » et « les hommes n’ont par définition aucune valeur », ou encore, les femmes sont « désirables » et les hommes sont des « désirants », assène-t-il. Sa logique est simple: les femmes restent des objets à acheter et les hommes des sujets. D’ailleurs, Aldo Naouri développe: « Dans les unions, il y a toujours quelque chose de l’ordre de: « je paie pour avoir ce que je veux ». Les hommes cherchent  à avoir beaucoup d’argent pour pouvoir choisir dans le lot des femmes, et devenir, en quelque sorte, des individus qui ont le droit à la parole ». Car pour lui, « celui qui désire est en position d’avoir à tenter de convaincre l’autre, et donc à payer. [pour obtenir ce qu’il désire ](…) Tout ceci est absolument joint au plus vieux métier du monde. Pourquoi le plus vieux métier du monde se fait-il dans ce sens là? » Sous couvert de recherche « scientifique », Aldo Naouri reprend un vieux poncif qui veut que la femme reste la propriété de l’homme. On est donc loin très loin de l’égalité entre hommes et femmes.

Non seulement, ça ressemble au discours de Marine Le Pen, qui rappelons-le, pendant la présidentielle de 2012, voulait renvoyer les femmes au foyer, en leur donnant un salaire pour rester à la maison. Surtout, c’est complètement déconnecté de la réalité. Cela reprend bien sûr tous les clichés du « donnant recevant », de la femme passive et de l’homme actif, de la reine du foyer et de l’homme de Cro-magnon qui rapporte à manger. Quand on sait qu’en France, les plus pauvres et les plus précaires sont d’abord des femmes, souvent des familles monoparentales, cela fait froid dans le dos. Et contrairement aux idées reçues et à ce que répéte Aldo Naouri, les femmes ont toujours travaillé. Leur travail n’était juste pas reconnu ou rémunéré Donc sortons de ce mythe idiot, qu’un homme doit subvenir aux besoins de la famille, et qu’il  en est le chef. Car cet argument a servi, notamment au 19eme siècle, à justifier, entre autres, les inégalités salariales. On payait moins les femmes, car elles n’avaient pas besoin de travailler, puisque le salaire de l’homme était soit-disant celui du chef de famille et qu’elle n’avait qu’ »un salaire d’appoint ». Tant pis pour les veuves et les célibataires, qui avaient du mal à survivre. Alors, cher Bruno Duvic, comment ne pas exprimer notre indignation quand on entend ce genre d’argumentaires. Vous le pressentez d’ailleurs déclarant: « Cela va faire hurler les auditeurs », sans pour autant apporter la moindre contradiction. 

Une question, cependant, nous brûle les lèvres: En quoi Aldo Naouri était-il le seul à mériter votre invitation, si ce n’est pour faire la promotion de son livre ? Est-il vraiment un spécialiste du couple ? En 2015, on se permet d’en douter. Surtout, pourquoi ne pas inviter des jeunes, mais aussi des femmes à ses côtés (si vous tenez vraiment à sa présence) pour lui donner la contradiction. Le groupe Egalis a, par exemple, sélectionné pour vous une série d’expertes qui auraient pu être présentes. Car le problème du couple et de l’argent n’est pas que les femmes gagnent plus que leur compagnon. Selon une étude de l’INSEE de mars 2014, dans les trois quarts des couples, les hommes gagnent plus que leur compagne, avec un écart moyen de 10 000 euros par an. Le problème en 2015 reste les inégalités salariales et le plafond de verre. Ne  nous trompons donc pas de combat.

Aujourd’hui France Inter a une femme, Laurence Bloch, à sa direction. Depuis deux ans, elle s’efforce, dit-elle, d’apporter plus  de « parité », notamment à la matinale avec  la présentation de la météo de Marie-Pierre Planchon, une chronique environnement de Nathalie Fontrel, une revue de presse présentée par Hélène Jouan, une interview de Léa Salamé, une chronique à 7h24 de Rebecca Manzoni, ou une pastille humoristique à 8h de Charline Vanhoenacker, sans oublier l’Instant M avec Sonia Devillers. Peut-être que la chaîne devrait maintenant s’interroger sur la qualité de ses invités. À défaut d’être féministe, France Inter, peut-être pourriez-vous éviter de solliciter des misogynes rétrogrades.  Merci d’avance.

 Charlotte Lazimi

Publicités

5 Réponses to “France Inter, pourriez-vous éviter de solliciter des invités misogynes ?”

  1. Brigitte septembre 21, 2015 à 3:49 #

    Ah bon les zhoms ne viennent pas de Mars et les femens de Vénus ? 😛
    Merci martienne Charlotte de si bien dire ce que je ressentais ce matin en écoutant France Inter !
    Charlotte, je vous ❤ !!!

  2. eric septembre 22, 2015 à 12:49 #

    La domination masculine est présente aussi dans le non-port du nom de notre mère et par le port du nom d’un homme dont on n’a pas vérifié s’il est notre géniteur…

    • flo septembre 22, 2015 à 8:11 #

      cher monsieur Eric, rien ne vous empêche de porter le nom de votre mère, accolé à celui de votre père !

    • live jetabare septembre 23, 2015 à 4:24 #

      La bizarrerie de l’argument de Naouri est que la conclusion misogyne est machiste utilise une argumentation qui, elle, est complètement misandre. En effet, son propos est de dire « les femmes ont une valeur intrinsèque et les hommes n’en ont pas », donc, son argumentaire est plutôt : « si les femmes travaillent, les hommes sont automatiquement en position d’infériorité face aux femmes, car la valeur qu’il peuvent acquérir par le travail est détruite par le fait que la femme fait la même chose. », avec la question « si la femme travaille et gagne bien sa vie, à quoi sert l’homme »?
      Par ailleurs, la notion de femme comme « désirable  » et des hommes comme « désireurs », à mon sens évoque plus une relation marchand/client que objet/sujet : l’homme veut acheter un produit que la femme a (le sexe), et que la femme ne cèdera qu’à un certain prix.

      Que malheureusement cette mentalité débouche sur une société qui a brimé les femmes et les réduit parfois au rang d’objet est extrêmement regrettable. Que ces propos traduisent une mentalité ancestrale ne tenant pas compte des réalités de la vie des femmes l’est autant. Que cette vision soit androcentrée etcomplètemetn clichée, et manifeste une totale ignorance de ce que pensent

      Cependant, je pose une question à bien des femmes : seriez vous prêtes à vous marier avec un homme qui ne travaille pas, et même n’a jamais travaillé, en espérant qu’il sera un père au foyer? Après tout, beaucoup d’hommes font cela dans le sens inverse.

  3. sabine sauret septembre 22, 2015 à 2:25 #

    Merci pour votre protestation, car ce n’est pas le seul invité au delà de la limite, et il ne s’agit pas d’humour. L’émission que je viens d’entendre sur la prostitution au 19 ème siècle était lamentable, des citations d’écrivains dont la misogynie est écœurante ( Maupassant par exemple)sans aucune analyse historique. Allez demander à geneviève Fraysse et vous aurez autre chose que ce patchwork sans aucune reflexion ni perspective historique. Un émission de macho pour les machos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :