« Tout est de la faute des féministes ! »

30 Juin
Etats généraux du féminisme en France en 1929 crédis: cc

Etats généraux du féminisme en France en 1929 crédis: cc

L’argument n’est pas nouveau. Il est même loin d’être original. Depuis que les féministes se sont battues pour que les femmes puissent étudier, voter, posséder un compte en banque sans l’autorisation de leur mari, avoir une contraception libre, recourir à une interruption volontaire de grossesse, être payée le même salaire pour les mêmes compétences que leurs collègues masculins, elles ont entendu cette remarque fallacieuse. Selon les ennemis des droits des femmes, le monde s’écroule. Et les féministes sont coupables de cette « décadence ».  Pour eux, « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes » . Tout progrès est une menace d’un ordre établi parfait.

Dernière déclaration en date ? La semaine dernière, l’Académie de médecine a estimé que la France avait «10 ans de retard » en matière de soins à cause… « des féministes ». Celles-ci refuseraient de prendre en compte les différences sexuées en matière de soins médicaux. Les femmes seraient les premières victimes des féministes. Elles ne seraient pas soignées correctement. Les interrogations sur « le genre » seraient au centre de cette attaque en règle. Un point de vue heureusement dénoncé par Les Nouvelles News.

Cette prise de position est perverse à plusieurs égards. D’abord, c’est une façon pour l’Académie de médecine de se dédouaner. Il est vrai que les femmes et les hommes ne sont pas pris en charge de la même façon médicalement. Un exemple ? Contrairement aux idées reçues, les femmes sont touchées par de nombreux infarctus et sont moins bien dépistées que les hommes. Mais si l’Académie de médecine reconnaît ce fait, elle estime qu’elle n’est pas responsable. Elle serait victime des féministes. Ainsi, elle évite une remise en cause de sa pratique, des préjugés (potentiels de certains praticiens et praticiennes ). C’est un peu facile. Des maladies méconnues ou ignorées comme l’endométriose ont commencé ces dernières années à être mieux étudiées et prises en charge. Il était temps. Les campagnes de sensibilisation, notamment de mouvements féministes, n’y sont pas pour rien.

A noter, la conférence de presse de l’Académie était tenue notamment par une femme. Hors, elles sont une petite dizaine sur une centaine de membres de l’institution. Ce choix n’est pas dû au hasard. L’Académie choisit une femme pour parler des femmes. Comme si elle avait une légitimité supplémentaire, notamment pour attaquer les féministes. S’il existe des différences biologiques entre hommes et femmes, la perception des femmes et des maladies qui les touchent diffère aussi. Les études autour du genre sont complexes, multiples, et passionnantes. Elles ne peuvent se résumer ainsi.

Rappelons que dans l’histoire de la médecine, les femmes ont été pendant des siècles exclues des études. Les préjugés intellectuels, physiques ou concernant la reproduction étaient effrayants, d’une ignorance et d’une bêtise crasse. Une femme ne pouvait être intelligente et belle à la fois. Elle ne pouvait pas non plus pratiquer du sport, car son corps ne pouvait le supporter (cf les arguments de Coubertin pour justifier l’exclusion des femmes des premiers JO).

Dans le livre Sorcières, sages-femmes & infirmières [édition Cambourakis], Barbara Ehrenreich et Deirdre English offrent une relecture passionnante aux Etats-Unis et en Europe de la chasse aux sorcières, puis de l’exclusion des femmes du corps médical comme sages-femmes et infirmières. Elles montrent comment la chasse aux sorcières au XVIe siècle fut un moyen pour les hommes de cibler « les guérisseuses », les « sages-femmes » au savoir empirique. Tout au long du XVIe siècle puis au XIXe aux Etats-Unis, les femmes ont été dépossédées et interdites de pratiquer des soins. Et tout ceci au détriment des femmes. Ici, il est question de prise de pouvoir.

>> A lire aussi: Pourquoi la haine des féministes est aussi une haine des femmes

Cet argument « c’est la faute des féministes » est surtout utilisé pour éviter tout progrès ou remise en question dans la société. D’un côté, les partisans des droits des femmes souhaitent une société plus juste,  où hommes et femmes auraient les mêmes opportunités, les mêmes droits. De l’autre, certains se satisfont d’un monde, où être née femme offre moins d’opportunités, de droits que lorsque l’on nait homme. Ceux qui accusent les féministes préfèrent un monde, où les femmes n’ont pas voix au chapitre, où « la différence sexuée » dépasse les compétences. Cette idée de « décadence » est donc ancienne. Elle est reprise régulièrement par tous les tenants anti-féministes.  Ce n’est pas « la faute des féministes » mais grâce aux féministes que la société s’interroge, se remet en question et progresse. Merci à l’Académie de médecine de prouver par cette prise de position « son retard », son décalage par rapport à la société d’aujourd’hui.

Charlotte Lazimi

 

Publicités

Une Réponse to “« Tout est de la faute des féministes ! »”

  1. catherine Grangeard juin 30, 2016 à 1:32 #

    Dans le domaine de l’obésité, le thinktankobesités.com a explosé pour des altercations autour de cette question. Vous pouvez y retrouver les articles en question. Le livre de Dr Bernard Waysfeld ‘la peur de grossir ». Armand Colin, 2013)est une horreur dans le genre. Dès l’intro il se défoule sur les féministes, responsables de l’obésité… J’ai recensé les occurrences (7) explicitement auxquelles il faut ajouter des affirmations sans fondement, sur les femmes, des collusions entre faits sans liens, etc…
    N’hésitez pas à prendre contact avec moi pour approfondir car Dr Zermati, idem. Article dans l’Express, édifiant. Dukan etc…………………………. tous médecins qui traitent essentiellement des femmes mal dans leur peau pour des soucis de poids, largement entretenus (et les problèmes et ces hommes 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :