L’histoire de l’héroïne de « Madame Doubtfire » en dit long sur le sexisme d’Hollywood

20 Sep
Capture d'Ecran

Capture d’Ecran

L’histoire peut paraître anecdotique, mais rappelle en réalité le regard sans pitié d’Hollywood sur les actrices, et plus généralement sur les femmes. Dans les années 90, Mara Wilson a incarné Mathilda, l’héroïne de Roald Dahl ou encore la fille de Robin Williams dans Madame Doubtfire. Aujourd’hui à bientôt 30 ans, elle sort une autobiographie intitulée Where I am now?, pour raconter son retour à l’anonymat. Et son récit est pour le moins cruel. En grandissant, elle ne correspond plus aux critères de beauté d’Hollywood.

D’enfant « très mignonne » elle devient la jeune fille « au physique atypique ». Ses pairs, comme Scarlett Johansson ou Kristen Stewart connaissent la gloire, au moment où Mara retourne dans l’anonymat. Mara Wilson comprend alors que sa carrière est enterrée, car elle ne sera jamais aussi belle qu’elle. Ce culte de la beauté, du jeunisme s’adresse probablement aussi aux hommes, mais dans une moindre mesure. Jonah Hill, Jesse Eisenberg, Seth Rogen, Shia LaBeouf, Andrew Garfield sont des acteurs aux carrières plus qu’acceptables pour des physiques peu classiques.

Le témoignage de Mara Wilson vient s’ajouter aux nombreuses dénonciations d’actrices outre-Atlantique. Qu’il s’agisse de Maggie Gyllenhaal, d’Olivia Wilde, de Liv Tyler, qui ont raconté avoir manqué des rôles parce qu’elles étaient jugées trop vieilles à respectivement à 38, 29 ans, et 39 ans. Pour les actrices américaines et de plus de 50 ans, il est de plus en plus difficile d’avoir une (longue) carrière. Michelle Pfeiffer, Holly Hunter, Geena Davis ou Melanie Griffith pour ne citer qu’elles, en savent quelquechose. Est-ce encore possible aujourd’hui pour une actrice de tenir sur la durée ? Pas sûr. Seule la télévision reste une option pour relancer une carrière. Ce fut le cas d’Holly Hunter, dans la série de Jane Campion Top of the Lake ou encore Sally Field dans Brothers and Sisters. Si Ellen Pompeo l’héroïne de la série à succès Greys’ Anatomy est encore après 13 ans la tête d’affiche, c’est parce qu’à 46 ans, elle  sait qu’elle ne trouvera pas d’autres rôles intéressants ailleurs.

Mais ce n’est bien sûr pas le seul problème d’Hollywood, loin de là. Les inégalités salariales entre acteurs et actrices restent prégnantes. L’absence de diversité est aussi un problème majeur. Les incidents aux Oscars où aucun réalisteur  ou acteur noir n’avait été nommé en est un autre exemple. Le choix d’acteur ou d’actrice blanches pour jouer une personnage noir, asiatique, perse, ou egyptien est un grand classique. Emma Stone en 2015 a incarné une jeune femme asiatique dans son film Aloha. Ce dont s’est ensuite excusé le réalisateur. Dans Exodus : Gods and Kings, de Ridley Scott, Joel Edgerton, un acteur australien aux yeux bleus incarnait Ramsès 2. On est donc loin du compte.

Sans parler d’un fléau encore tabou à Hollywood, les violences sexuelles et particulièrement les prédateurs sexuels qui ciblent les enfants stars. Elijah Wood n’est pas le seul à l’avoir dénoncé. En vain. Hollywood peine à se remettre en question. Il est pourtant grand temps.

Charlotte Lazimi

Advertisements

Une Réponse to “L’histoire de l’héroïne de « Madame Doubtfire » en dit long sur le sexisme d’Hollywood”

  1. Marcela Meirelles septembre 20, 2016 à 9:36 #

    Hollywood peine à se mettre en question et notre société aussi… J’ai encore entendu la semaine dernière un « ça ne dérange pas ton mari que tu aies grossis? »… On a du boulot encore les filles…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :