Tag Archives: Catherine Millet

Pourquoi la tribune de Deneuve et compagnie a eu un tel écho ?

15 Jan
Capture d_écran 2018-01-14 à 15.38.57Capture d_écran 2018-01-14 à 15.39.11
Depuis une semaine, on ne parle que de ça.  En effet, la tribune « Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle » a suscité depuis sa publication le 9 janvier dernier un certain émoi. En cause des propos jugés outranciers par une bonne partie des Français.e.s. Catherine Deneuve est elle-même  très partiellement revenue sur le texte,  dans sa lettre à Libération parue ce matin, où elle maintient que nous vivons dans un climat de censure et de délation sur les réseaux sociaux, position qui reste très discutable. Soit. Catherine Deneuve prend au moins la peine de se désolidariser de certaines signataires en roue libre depuis quelques jours. Des signataires qui, en réclamant au nom des hommes, soi-disant des « victimes de la misère sexuelle » le droit d’importuner, se sont fait les porte-parole d’une pensée rétrograde, misogyne et ancienne. Leur prise de position a engendré de nombreux débats,et a reçu une réelle approbation d’une autre partie des Français·e·s. . Pourquoi? Parce que ses autrices ont joué sur les peurs et les fantasmes, que nous avons résumé en 5 points.

Lire la suite

Publicités

#Metoo: Merci Catherine Deneuve, merci Catherine Millet de nous rappeler que le combat est loin d’être gagné…

9 Jan

Capture d_écran 2018-01-09 à 22.19.12Capture d_écran 2018-01-09 à 22.18.48

Aux Etats-Unis, Oprah Winfrey, ex grande prêtresse de la télévision américaine a prononcé un discours, qui restera dans les mémoires aux Golden Globes. Cette femme d’affaires ultra populaire, récompensée du prestigieux Cecil B. DeMille Award, a rendu hommage à toutes les femmes et à tous les hommes, qui se sont élevé.e.s contre les violences sexuelles, le harcèlement, la domination d’hommes puissants, sûrs de leur privilège, de leur droit et de leur légitimité. Deux jours plus tard en France, une tribune publiée dans Le Monde a fait écho à ce grand discours, en prenant le total contre-pied. Un argumentaire peu original, qui vise à stigmatiser un « féminisme » qui veut pourtant en finir avec les violences. Cela fait froid dans le dos. Lire la suite