Tag Archives: Clémentine Autain

Plus martiennes que jamais!! #HappyBirthday

24 Avr

Les MartiennesIl y a deux ans, jour pour jour, nous lancions Les Martiennes, notre blog féministe. Notre objectif: dénoncer le sexisme ordinaire, les propos et attitudes misogynes, ainsi que la faible présence de femmes dans la plupart des sphères de pouvoir. Nous souhaitions réhabiliter le mot féminisme, souvent mal compris. Le constat aujourd’hui ? Tout est malheureusement toujours d’actualité. Les femmes doivent encore se battre pour « tout avoir » sans être jugées. Difficile en effet d’avoir une vie professionnelle et personnelle épanouie sans culpabiliser et sans qu’on ne leur demande « qui va garder les enfants ? ». Rappelons qu’elles ne sont que 26% à l’Assemblée nationale. Autre constat: elles sont surtout les premières à être touchées par la précarité. En effet, 70% des personnes qui vivent sous le seuil de la pauvreté sont… des femmes. Elles représentent aussi 80%  des temps partiels, souvent subis. Conséquence directe : elles n’ont pas un salaire décent. Et les inégalités ne s’arrêtent pas là : les femmes ont en moyenne des retraites deux fois inférieures à celles des hommes. Sans oublier, qu’à compétence égale, elles gagnent en moyenne 27% que leurs homologues masculins. En termes de répartition des tâches ménagères et de la garde des enfants, les femmes s’en chargent essentiellement. Ces chiffres qu’on nous assène le 8 mars et qu’on oublie le lendemain sont à donner le tournis.

Lire la suite

Les 10 Martiennes de l’année

29 Déc

A notre tour de publier notre top 10 des femmes 2011. Mais pas de panda ni d’Anne Sinclair chez nous. (Pour les deux du fond qui n’ont pas suivi, le site Terrafemina a placé Madame DSK en tête de son classement des femmes de l’année tandis que la BBC a carrément intégré un panda dans le sien). Pour clore cette année riche en actu et en débats féministes, voici notre sélection des dix Martiennes qui ont marqué 2011 par leur engagement, leur action en faveur des femmes ou tout simplement leur parcours exemplaire. Un choix subjectif et totalement assumé.

Lina Ben Mhenni, blogueuse tunisienne

Lina Ben Mhenni

Crédits Jilliancyork

Parce qu’elle a été aux premières loges de la révolution du jasmin, via son blog A Tunisian Girl. Et parce qu’elle a failli avoir le prix Nobel de la Paix à 28 ans. Parce qu’enfin, elle incarne la jeunesse tunisienne, qui a renversé une dictature vieille de 30 ans mais qui ne sait pas très bien de quoi demain sera fait.

Angela Merkel, chancelière allemande

Angela Merkel

Crédits Parlement européen

Parce que depuis le début de la crise, la patronne c’est elle. On ignore combien de A on aura encore en 2012, mais peu importe, on fera tout ce qu’Angela dira. Après tout Forbes l’a bien élue femme la plus puissante du monde.

Clémentine Autain, intellectuelle féministe

Clémentine Autain

Crédits Alain Bachellier

Parce que, tout au long de l’affaire DSK, ses interventions furent pertinentes. A 38 ans, cette militante de la première heure a abondamment repris la parole sur la question du viol en 2011 et a publié un livre Un beau jour… combattre le viol.

Aung San Suu Kyi, femme politique birmane

Aung San Suu Kyi

Crédits Prachatai

Parce qu’elle inspire les studios de cinéma, mais surtout parce qu’après 20 ans de résidence surveillée, l’opposante n°1 à la dictature militaire birmane revient dans le jeu politique de son pays : son parti (LND) sera en lice lors des élections de 2012 et devrait jouer un rôle essentiel si la démocratie était rétablie en Birmanie.

Jill Abramson, rédactrice en chef du New York Times

Jill Abramson

Crédits Twitter

Parce qu’elle a été la première femme à devenir rédactrice en chef du prestigieux New York Times. Si cela avait été un homme, personne ne se serait étendu sur sa nomination ni sur son solide parcours dans la presse qui la rend plus que légitime. Mais justement, c’est une femme.

Dilma Rousseff, présidente du Brésil

Dilma Rousseff

Crédits Blog do Planalto

Parce que la première année de son mandat à la tête du Brésil a été marquée par des mesures favorables aux femmes. En faisant de la lutte contre la misère sociale sa priorité, elle a rappelé qu’au Brésil, les premières victimes de la pauvreté, de l’analphabétisme et de la violence étaient les femmes.

Mana Al Sharif, Saoudienne au volant

Manal Al Sharif

Crédits Manal Al Sharif

Parce qu’en bravant l’interdiction faite aux Saoudiennes de conduire, cette anonyme est devenue célèbre. Emprisonnée quelques jours pour avoir posté une vidéo d’elle au volant, elle a suscité un tel mouvement de soutien que le pouvoir saoudien a baissé sa garde envers les conductrices illégales et s’est engagé à accorder le droit de vote aux femmes… en 2015.

Irène Frachon, pneumologue anti-Mediator

Irène Frachon

Crédits Lalibertedelesprit.org

Parce qu’après des années à dénoncer la dangerosité du médicament Mediator, ce médecin  voit enfin son combat reconnu. Tout d’abord à travers une batterie de réformes adoptées cette année et  visant à améliorer la sécurité des patients. Mais aussi à travers la tenue d’un procès qui se déroulera courant 2012.

Lara Logan, reporter en Egypte

Lara Logan

Crédits k-ideas

Parce que cette journaliste américaine a brisé un tabou en racontant publiquement son agression sexuelle place Tahrir, au lendemain de la chute d’Hosni Moubarak. Depuis, deux autres consoeurs ont à nouveau été agressées dans les mêmes circonstances.

Riley, révoltée des jouets

Riley on marketing

Crédits youtube

Parce qu’après l’orgie de cadeaux de Noël, la vidéo de cette gamine protestant contre le diktat du rose et des princesses au rayon jouets est carrément jouissive. Et parce qu’on se dit que la relève est déjà assurée.

Myriam Levain

Belle comme une féministe

16 Août
Nicole Kidman

Nicole Kidman Crédits: malena rubinkas1 Flikr: cc

Tout est parti d’un tweet (de @lapin_blanc pour ne pas le nommer) posant la question qui fâche, celle que « TOUT LE MONDE se pose sans oser la demander: Pourquoi les féministes sont-elles si laides? » Pour l’originalité, il faudra repasser: le stéréotype est vieux comme le féminisme. Quand elles ne sont pas dépeintes comme des hystériques qui haïssent les mecs, les féministes sont souvent représentées comme des moches, mal-baisées, qui auraient décidé de faire payer les hommes pour leur physique pas facile. Evidemment, nous savons bien qu’il n’y pas plus de moches chez les féministes qu’ailleurs, c’est statistique. Mais pour ceux qui en douteraient encore (le tweet pertinent de @lapin_blanc a été retweeté 8 fois) Les Martiennes vous prouvent, en images, qu’on peut être belle et féministe. Petit tour d’horizon de l’ancienne et la nouvelle génération…

Lire la suite

Revue de web spéciale DSK

17 Mai
Dominique Strauss-Kahn

Dominique Strauss-Kahn, le 1er février 2011, à Singapour. Crédits: FMI Flikr: cc

.

Il truste toute l’actu depuis dimanche. Impossible d’échapper à la déferlante de tweets, aux soirées spéciales, et aux décryptages en tout genre. Avec un angle commun : l’avenir politique et personnel de DSK. Rares sont ceux qui se sont intéressés d’emblée au sort de sa présumée victime, visiblement en état de choc après son passage dans la suite 2806. Depuis hier soir cependant, quelques voix commencent à briser le consensus pro-DSK. Il y a d’abord eu Clémentine Autain, qui s’est exprimée sur le web puis chez Frédéric Taddei, et a dénoncé le tabou franco-français qui règne autour des agressions sexuelles.

Ce matin, Osez le féminisme embrayait avec un communiqué spécial DSK. Dans la foulée, la blogueuse Olympe publiait un post corrosif sur les soupçons qui pèsent systématiquement sur les victimes de viol osant porter plainte. Le chroniqueur David Abiker s’interrogeait lui aussi sur son blog sur le peu de cas fait  à la femme de chambre du Sofitel. Après le choc des premières heures, les langues commencent à se délier, dans la sphère politique et ailleurs.

Un constat émerge petit à petit : DSK n’est pas qu’un séducteur, il a carrément une réputation de gros lourd, et traîne pas mal de casseroles. Et le pire, c’est que tout le monde politique et médiatique était visiblement au courant, mais n’a jamais rien dévoilé.

Si cette omerta caractéristique de la France est probablement un vestige de nos traditions courtisanes, elle est surtout le signe d’un pays machiste  qui semble particulièrement peu réceptif à la souffrance des femmes violentées et n’hésite pas àla tourner en dérision. Après l’affaire Lara Logan, le cas DSK – qui n’en est qu’à ses prémices – met à nouveau en lumière le tabou qui règne autour du viol en France, et qui fait paradoxalement des victimes des suspectes. Que l’agresseur présumé soit cette fois une célébrité mondiale va peut-être nous obliger à réfléchir sur le silence qui pèse sur ce type de violences, et sur la nécessité de le briser une bonne fois pour toutes.

Myriam Levain