Tag Archives: Najat Vallaud-Belkacem

Amer ministère

14 Mai
amer ministère najat vallaud belkacem

Najat Vallaud-Belkacem. Crédits Razak

Aujourd’hui, Najat Vallaud-Belkacem fête le premier anniversaire de son ministère. Il y a un an (re)naissait le Ministère des Droits des femmes, innovation du tout neuf gouvernement Ayrault, et, je dois bien l’avouer, je ne me suis pas réjouie de cette nouvelle en l’apprenant. Pour moi, ce ministère était un symbole d’un autre âge, un reliquat des années Mitterrand que j’avais étudié en cours d’histoire comme un grand progrès d’une époque révolue. En son temps, le Ministère des Droits de la femme, occupé par Yvette Roudy de 1981 à 1986, faisait suite au vaste mouvement pour la légalisation de l’IVG obtenue en 1975 ; il était le reflet des luttes féministes des années 70 ayant tant apporté aux femmes. Sous Giscard, Françoise Giroud avait d’ailleurs été la première secrétaire d’Etat à la condition féminine. Oui mais, l’année dernière, nous étions en 2012, et ces combats nous semblaient enterrés : pourquoi donc ressusciter un tel vestige ?

Lire la suite

Sexisme en politique : l’épisode Le Foll

25 Oct

crédits: Cyril Cavalié Flikr: cc

Ça partait pourtant d’une bonne intention pour mieux inscrire les femmes dans la vie politique… Mais c’est raté pour Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture. Dans une interview accordée à l’Express, ce dernier a raconté en début de semaine, comment se déroulaient les cours d’antisexisme dispensés aux membres du gouvernement par Caroline de Haas. Malheureusement, alors que le ministre se présentait comme une personnalité favorisant la présence des femmes dans son ministère, il a déclaré, probablement de bonne foi, « J’ai tenté de promouvoir des femmes au maximum, bien que nos dossiers soient très techniques ». Se défendre de sexisme en faisant un commentaire sexiste, il fallait le faire, et le web s’est tout de suite emparé de ce dérapage.  Cela méritait-il une polémique? OUI et voici pourquoi :

Lire la suite

Sexisme quand tu nous tiens

19 Juil

Capture d’écran Cécile Duflot à l'Assemblée nationaleEn politique, le sexisme n’est pas nouveau. Révélé au grand public pendant l’affaire DSK, on aurait pu croire que l’arrivée de plus de femmes à l’Assemblée nationale (elles sont désormais 26,86%) et au gouvernement changerait la donne. C’est un échec. Petit florilège des derniers dérapages très décomplexés.

Lire la suite

Revue de web du 24 février 2012

24 Fév
François Hollande

crédits: François Hollande Flikr: cc

Hollande pour un gouvernement paritaire ?

Le candidat socialiste a dit oui. Interviewé par le magazine féminin Grazia (décrypté par le Lab d’E1) , François Hollande s’engage à former un gouvernement à 50% féminin en cas de victoire de son parti. Si le député/président du conseil général de Corrèze affiche sa bonne volonté, difficile de ne pas avoir de doutes sur la réalisation de cette promesse. Tout d’abord  parce que son équipe de campagne est loin d’être paritaire. Ensuite parce que François Hollande a dirigé pendant près de dix ans le PS, un parti peu réputé pour faire de la place aux jeunes, aux femmes et aux minorités. S’il brocarde les « météores » du dernier quinquennat qu’étaient Rachida Dati et Rama Yade, espérons que ses porte-paroles Aurélie Filippetti ou Najat Vallaud-Belkacem ne connaîtront pas le même sort.

Marie Colvin, morte sur le terrain

Le grand public, Reporters sans frontières en tête, semble redécouvrir ces derniers mois la présence de femmes parmi les reporters de guerre. Il y a eu l’Américaine Lara Logan, qui  brisait le tabou des agressions sexuelles, suivie de Caroline Sinz et de Mona Eltahawy. Elles sont nombreuses, ces femmes journalistes qui n’hésitent pas à raconter des guerres, le désir d’informer chevillé au corps (comme Edith Bouvier, journaliste au Figaro, blessée et bloquée à Homs). L’Américaine Marie Colvin, journaliste du Sunday Times of London étaient l’une d’elles. Tuée à Homs mercredi, le New York Times lui rend hommage et raconte le destin incroyable de cette femme passionnée qui a couvert les plus grands conflits.

La faute aux chaussures rouges 

C’est l’une des infos politiques les plus croustillantes de la semaine: Rachida Dati affiche son soutien à Nicolas Sarkozy. Le symbole est fort. Pourtant le Point ne semble s’intéresser qu’à… ses chaussures rouges. La journaliste tente l’humour et analyse: « Personne n’avait imaginé non plus que l’ancienne porte-parole du chef de l’État aurait l’audace d’arriver hissée sur des bottines à talons rouge vif que ne renierait pas… Lady Gaga ! ». C’est raté. Si certains journalistes s’attardaient moins sur la tenue des femmes politiques (on entend peu de critiques sur les costumes, écharpes ou lunettes de ces messieurs), peut-être que cela relèverait (un peu) le niveau du débat.