Qui sont les héroïnes féministes de la rentrée télé ?

10 Sep

Bad Judge 2

L’année dernière, nous avons établi le top 10 de nos séries féministes et le flop 10 des séries les moins martiennes. Cette année, de nouveaux shows s’annoncent prometteurs avec des héroïnes fortes pour les porter.  Petit florilège des séries plus ou moins féministes.

1 Stalker

Maggie Q

Maggie Q a l’habitude de jouer des femmes puissantes à la télé. Nikita de 2010 à 2013, elle revient dans la peau de Beth Davis, personnage principal de Stalker, un thriller efficace. Elle dirige en effet la seule unité qui lutte contre le harcèlement. Victime elle-même d’un stalker, elle mène son équipe d’une main de fer. Ce personnage principal  fort suffit à classer ce show en première place de notre classement. Cerise sur le gateau, Dylan McDermott, ex star de The Practice,  joue le rôle d’un beau faire-valoir.  On attend le show avec impatience de Kevin Williamson, créateur de la série Scream et de Dawson.

Diffusé sur le 1er octobre sur CBS

2 Bad Judge

Bad Judge

Après Private Practice, Kate Walsh revient sur le devant de la scène, avec un personnage à mille lieues de la gentille et sérieuse Addison Montgomery. Cette fois, elle est Rebecca Wright: juge respectée le jour et femme délurée la nuit ( ou en tout cas hors de son tribunal). Un personnage anti-conformiste, politiquement incorrect, à la vie sexuelle libérée et qui s’assume complètement. La série promet d’être rafraîchissante. Une fois n’est pas coutume, l’héroïne ne cherche pas le grand amour. Mieux, elle n’a besoin de personne. Nous sommes ravies d’avoir une nouvelle héroïne au féminisme décomplexé.

Diffusée le 2 octobre sur NBC

3 State of Affairs

 

States of affairs

C’est la série qui marque le retour sur le petit écran de Katherine Heigl, comme analyste de la CIA. On aime déjà cette série, car outre ce rôle principal pour Heigl, la présidente des Etats-Unis, essentielle à l’intrigue, est aussi une femme, jouée par Alfre Woodard. L’histoire est simple, Charlie Tucker est entre autres chargée de retrouver le responsable de l’attentat terroriste qui a tué son fiancé, accessoirement le fils de la fameuse présidente. A l’image de Carrie Matthison dans Homeland, le personnage principal a donc plein de doutes, de failles et de blessures personnelles. Une fois n’est pas coutume, c’est une femme qui venge la mort de son fiancé. Un scénario éculé dans l’autre sens. Même si on doute de la qualité de la série à long terme, on salue l’audace du script.

Diffusée 17 novembre sur NBC

4 Madame Secretary

Madame secretary

Tea Leoni, inoubliable héroïne de la comédie Une fille à scandales, est de retour à la télévision. Comme ça, le pitch est attrayant. L’actrice incarne une Secrétaire d’Etat, ancienne excellente agent de la CIA, qui jongle entre sa famille et la politique internationale du pays. C’est plein de bons sentiments avec en prime un patriotisme américain à outrance. A la vue du trailer, on redoute de voir un personnage maternel, avant tout prête à sauver les enfants et les innocents. Ce qu’on aime c’est son intelligence, sa capacité à obtenir ce qu’elle veut notamment dans l’administration du président. Pour le reste, on craint le pire. Il y a un peu moins de 10 ans, Geena Davis était la star de Commander in Chief et jouait le rôle de la première présidente américaine, dommage qu’en 2014, le premier rôle ne soit que Secrétaire d’Etat.

Diffusée le 21 septembre sur CBS

5 The mysteries de Laura

The mysteries of Laura

Elle est flic, mère de deux jumeaux et en instance de divorce. Ça vous rappelle forcément la série française Candice Renoir. Une série qui prouve qu’il ne suffit pas d’avoir une femme en premier rôle pour en faire une série féministe ? Le problème ici est simple. L’héroïne essaie de tout avoir, une vie pro successful et une vie de famille. Ce qui nous gêne, c’est la somme de clichés que l’on perçoit dès la bande annonce, avec un flic qui parle aux voyous comme à ses enfants, qui les gronde. Surtout, on y met en avant l’instinct «  féminin » et les qualités forcément « multitask » des femmes. C’est trop de clichés pour nous convaincre. Dommage, car on se réjouissait du retour de Debra Messing depuis Will and Grace.

Diffusée le 24 septembre 2014 sur NBC

Charlotte Lazimi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :