#Metoo: Merci Catherine Deneuve, merci Catherine Millet de nous rappeler que le combat est loin d’être gagné…

9 Jan

Capture d_écran 2018-01-09 à 22.19.12Capture d_écran 2018-01-09 à 22.18.48

Aux Etats-Unis, Oprah Winfrey, ex grande prêtresse de la télévision américaine a prononcé un discours, qui restera dans les mémoires aux Golden Globes. Cette femme d’affaires ultra populaire, récompensée du prestigieux Cecil B. DeMille Award, a rendu hommage à toutes les femmes et à tous les hommes, qui se sont élevé.e.s contre les violences sexuelles, le harcèlement, la domination d’hommes puissants, sûrs de leur privilège, de leur droit et de leur légitimité. Deux jours plus tard en France, une tribune publiée dans Le Monde a fait écho à ce grand discours, en prenant le total contre-pied. Un argumentaire peu original, qui vise à stigmatiser un « féminisme » qui veut pourtant en finir avec les violences. Cela fait froid dans le dos.

Co-écrit et signé par un collectif de 100 femmes,  dont Catherine Millet et Catherine Deneuve, cette tribune souhaite alerter contre les dérives du mouvement #Metoo. Selon ses autrices, la « délation » ne permettrait pas aux hommes de se défendre. Mais ne confond-on pas ici « dénonciation » à « délation ». Si une ou plusieurs femmes, ou d’ailleurs un ou plusieurs hommes, accusent une personne de harcèlement: à quel moment considère-t-on qu’il s’agit d’une délation ou d’une accusation? Rappelons une particularité essentielle du mouvement #Metoo: il y a eu très peu d’accusations donnant des noms sauf devant la justice. Et dans ce dernier cas, il ne s’agit plus de délation. D’ailleurs, c’est plutôt l’effet inverse qui s’est produit. Des femmes connues ou anonymes ont été attaquées sur les réseaux sociaux pour ne soit-disant  pas « avoir eu le courage de nommer leurs agresseurs ». Certaines ont du faire face à des insultes, des menaces, des appels au viol.

Autre argument majeur de la tribune:  notre sexualité serait menacée, ainsi que notre liberté. Pis, les femmes ne seraient pas protégées, mais « infantilisées ». Mais les autrices du texte semblent ignorer la différence entre « drague » et « harcèlement », entre « consentement » et « domination », entre « plaisir » et humiliation », entre « respect » et « haine ». Comment, dès lors, parler de liberté sexuelle menacée lorsqu’il est impossible de définir là où notre liberté commence et là où elle s’arrête?
C’est intéressant à quel point ces femmes écrivaines, artistes ne supportent pas la remise en cause de nos sociétés. Ici pour elles, aucune réflexion, remise en question n’est justifiée ou pertinente. Car, bien sûr, tout est pour le mieux dans le meilleur du monde. N’oublions pas que #Metoo est novateur, car il est transgénérationnel et d’une ampleur jamais égalée. C’est peut-être ce qui gêne le plus. Le monde pourrait changer…
Le comble, c’est ce collectif de 100 femmes, souhaite « être offensé ».  Peu lui importe les « frotteurs » dans le métro, les agressions sexuelles, le harcèlement dans la rue, dans leur entreprise.  Un détail troublant: elles tiennent tout de même à affirmer qu’elles ne sont pas des « salopes ». Mais la question encore une fois n’est pas là. Peu importe que dans leur intimité, elles aiment être insultées. En revanche, être contrainte d’accepter, encore et toujours, de subir des agressions sexuelles dans le métro ou ailleurs pour pouvoir « jouir », le raisonnement fait difficilement sens.
Lorsque nous avons commencé ce blog en 2011, peu de jeunes femmes (et d’hommes) se revendiquaient féministes. Depuis, les choses ont évolué, au point de se demander si les Martiennes avaient une voix. Merci donc Catherine Deneuve et consort. Votre tribune nous rappelle un peu brutalement que le chemin risque d’être long vers une égalité de droits entre les femmes et les hommes. 2018, ne faiblissons pas. Car après chaque avancée, on risque toujours un bon retour du bâton, surtout lorsqu’il s’agit des droits des femmes.
Charlotte Lazimi
Publicités

2 Réponses to “#Metoo: Merci Catherine Deneuve, merci Catherine Millet de nous rappeler que le combat est loin d’être gagné…”

  1. florence binard janvier 10, 2018 à 4:21 #

    Bravo, Charlotte pour cet article!

  2. Egalimère janvier 11, 2018 à 11:42 #

    Un long chemin semé d’embûches mais que nous sommes de plus en plus nombreux et nombreuses à emprunter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :